Trump annonce jeudi sa décision sur l'accord de Paris — Climat

04 Juin, 2017, 12:10 | Auteur: Lynn Cook
  • Climat Trump abat ses cartes le monde retient son souffle
AFP
 Paz PIZARRO Muriel PICHON-DE-BOYSERE Alain BOMMENEL AFP

Ainsi, le président de l'Association mondiale du charbon (WCA), Benjamin Sporton, a confié à Reuters lors d'une interview des sentiments mitigés quant à l'annonce de Trump et s'est dit impatient de voir une politique américaine octroyant une place au charbon dans le mix énergétique mondial.

Au contraire du Protocole de Kyoto (1997), l'accord conclu à Paris ne fixe pas d'objectif contraignant par pays, les engagements nationaux reposant sur une base volontaire.

Une décision qui suscite une cascade de condamnations du monde entier. "Ce dont nous avons vraiment besoin, si le président veut à nouveau rentrer dans l'accord, c'est qu'il le change pour reconnaître le rôle de toutes les sources d'énergie, y compris le charbon", a déclaré Sporton, ajoutant que son association avait fait valoir au président les avantages d'un maintien dans l'accord de Paris.

"L'heure est venue de quitter l'accord de Paris", avait lancé jeudi après-midi le président américain dans un long discours au cours duquel il a souvent retrouvé les accents de sa campagne électorale. "Ne vous trompez pas". Emmanuel Macron a appelé les scientifiques, ingénieurs et entrepreneurs américains à venir travailler en France sur "des solutions concrètes" pour le climat. "Make our planet great again!".

Laurent Fabius, ancien président de la COP21 qui avait débouché sur l'accord de Paris fin 2015, a dénoncé ce vendredi sur France 2 "une faute honteuse et une erreur majeure ".

L'initiative dépasse la simple réaction et ne manquera pas d'irriter Donald Trump, déjà piqué par la médiatisation de leur poignée de mains, à l'avantage du Français.

Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, a pour sa part qualifié de "gravement erronée" la décision du président américain.

"Triste journée", décision "funeste", "gravement erronée": les réactions étrangères à l'annonce par Donald Trump de la sortie des Etats-Unis de l'accord de Paris sur le climat étaient unanimement négatives jeudi soir. Ce que les industriels américains ont compris (lire ci-contre) Si l'Inde a également indiqué qu'ils appliqueraient l'accord, la décision de la Russie, 5e pollueur mondial, signataire mais qui n'a toujours pas ratifié, est désormais attendue avec inquiétude.

Le retrait américain de cet accord pourrait, "dans le pire des scénarios", se traduire par une augmentation supplémentaire de 0,3 degré de la température du globe au cours du XXIe siècle, a estimé l'ONU. "#Honteux", a lancé l'élu démocrate de New York Hakeem Jeffries. "Aujourd'hui, nous accroissons notre coopération sur le changement climatique avec la Chine", a assuré le président du Conseil européen à l'issue de la rencontre.

D'autres villes du monde, membres du C40, un réseau de métropoles qui se sont engagées à lutter contre le changement climatique sous la présidence de l'édile de Paris, ont suivi le mouvement. Bob Iger, le PDG de Disney, a pris la même décision.

De nombreuses voix sur la scène internationale (Chine et UE en tête) ou dans le monde des affaires et au sein même de son administration, l'ont appelé à revoir sa position, rappelant l'urgence d'agir face au réchauffement en cours.

A Washington, quelques centaines de manifestants se sont rassemblés devant la Maison Blanche pour crier "Shame!"

Recommande: