Dégâts matériels après une manifestation de gens du voyage — Pau

04 Juin, 2017, 11:39 | Auteur: Sandy Vega
  • Sud Ouest

La préfecture a relevé des dégâts matériels. Aucun blessé mais un bilan matériel lourd: un bus de ville a été incendié par un jet de cocktail Molotov, le feu s'est propagé à un second bus; cinq voitures, dont deux avaient été volées, ont brûlé, ainsi que du mobilier urbain, des arbres et une quarantaine de pneus.

Ces derniers s'étaient rassemblés aux alentours de 20h non loin du camp où ils sont installés. Une cinquantaine de pneus, volés au garage Peugeot, et des caddies de l'hypermarché Auchan ont également été brûlés.

Selon le commissariat de Pau, contacté par franceinfo, la communauté des gens du voyage entendait protester contre la décision de justice interdisant à l'un de leurs membres d'assister aux obsèques de son frère, tué dans la nuit de mardi à mercredi à Toulouse. L'autorisation avait été refusée par le juge d'application des peines. Une trentaine de policiers et des gendarmes ont été dépêchés sur place.

Après des pourparlers avec un membre de la famille, la manifestation a pris fin aux alentours de 23 heures. Les autorités se sont engagées pour qu'ait lieu un examen d'une permission de sortie "assez rapide" pour que le détenu puisse se recueillir sur la tombe de son frère.

La course-poursuite à Toulouse a donné lieu à l'ouverture d'une enquête de flagrance confiée à l'Inspection générale de la Police nationale (IGPN, " police des polices ") et au Service régional de Police judiciaire (SRPJ) de la ville.

Les obsèques sont prévues samedi matin à 11H00 dans une commune du sud-ouest du département des Pyrénées-Atlantiques.

Fin août 2015, des gens du voyage avaient ainsi bloqué l'autoroute A1 pour demander que le fils d'une victime d'une fusillade, incarcéré, puisse assister aux funérailles de son père. "On a un accord, résume Michel Gouriou: pour que l'engagement d'examiner avec bienveillance une permission de sortie du frère, il faut qu'ils se tiennent calme".

Recommande: