Les grands patrons américains prêts à défier Donald Trump — Accord de Paris

03 Juin, 2017, 01:32 | Auteur: Lynn Cook

"Et ils ne le feront pas", a dit le président.

" Make our planet great again", Macron se paie. Une mauvaise nouvelle pour l'environnement mais de laquelle pourrait sortir du positif, veut croire Nicolas Hulot. On se souvient de l'émotion des délégués qui s'embrassaient, certains pleuraient même au Bourget en banlieue parisienne au moment de la signature de l'accord après des mois de négociations en coulisses.

Parrainé par les Nations unies, l'Accord de Paris sur le climat est entré en vigueur le 4 novembre dernier, après sa ratification par au moins 55 pays produisant plus de 55 % des émissions de gaz à effet de serre de la planète. Autre décision annoncée, c'est la fin de la participation des États-Unis au fond vert de l'ONU.

"Il (le président américain) n'aime pas Paris". "Les pays qui restent dans l'accord de Paris seront ceux qui en récolteront les bénéfices en termes d'emplois et de secteurs d'activité créés", a affirmé l'ancien dirigeant américain.

Invité vendredi du Journal du matin de la RTS, Martin Beniston a expliqué que les Etats-Unis ne constituaient "pas un pays totalement monolithique".

La communauté internationale a condamné en chœur la décision de Trump.

"Nous sortons", a déclaré le président des Etats-Unis lors d'une cérémonie à la roseraie de la Maison blanche lors de laquelle il a qualifié les conditions économiques et financières liées à l'Accord de Paris de "draconiennes".

Selon un projet de déclaration commune rédigé avant même le retrait officiel américain, et que l'AFP a pu consulter, les deux parties s'apprêtent à "confirmer leurs engagements" pris à Paris et à "accélérer leur coopération pour améliorer la mise en oeuvre" de l'accord.

Le magnat de la technologie a été rapidement immité par Robert Iger, le PDG de Walt Disney Company. Une phrase sous forme de logo qu'il a postée sur son compte twitter.

Les "maires américains sont très mobilisés".

Bien que Macron insiste sur l'impossibilité de renégocier l'accord, il sera toutefois difficile de mener une politique cohérente sur le climat sans la participation des Etats-Unis.

"Nous ne voulons plus que d'autres dirigeants et d'autres pays se moquent de nous".

"Peu après l'annonce des résultats, 500 000 personnes ont rejoint la Newsletter de Friends of the Earth: "Pour profiter de plus de leadership, nous nous tournons vers les Etats, comme la Californie, l'Etat de New York, Michigan ou l'Ohio". Le président français a déclaré que "nous partageons tous la même responsabilité" pour la planète.

Emmanuel Macron s'est aussi adressé au peuple américain.

Recommande: