Donald Trump retire les Etats-Unis de l'accord de Paris — Climat

02 Juin, 2017, 00:47 | Auteur: Lynn Cook

Donald Trump s'engage à faire des Etats-Unis "le pays le plus propre et le plus écologique", avec l'air et l'eau "les plus propres au monde"."L'accord de Paris empêche le développement du charbon non polluant aux Etats-Unis, alors que les mines commencent à se développer", a-t-il expliqué. Il avait promis pendant la campagne électorale de retirer les Etats-Unis de cet accord visant à limiter la hausse de la température moyenne mondiale au nom de la défense des emplois américains.

Pour Mitt Romney, candidat républicain à la Maison Blanche en 2012, c'est "la place de l'Amérique comme leader mondial" qui est aussi en jeu.

Un retrait américain serait une déflagration, 18 mois après cet accord historique, alors que les Etats-Unis font partie avec la Chine des deux principaux émetteurs de gaz à effet de serre de la planète.

Précédemment déjà, des initiés avaient déclaré que des personnes influentes dans l'entourage de Trump comme sa fille Ivanka et son beau-fils Jared Kushner étaient opposés à la résiliation de l'accord de Paris.

Donald Trump pourrait être lâché par quelques patrons américains emblématiques.

L'histoire entre l'accord de Paris et les États-Unis est peut-être sur le point de se terminer.

Ces derniers jours, des figures majeures pro-accord de Paris se sont mobilisées pour que Trump revienne sur sa décision.

Le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker a jugé un éventuel retrait inacceptable. Mais depuis son installation à la Maison Blanche, il a envoyé des signaux contradictoires, reflets des courants contraires qui traversent son administration sur la question climatique mais aussi, au-delà, sur le rôle des Etats-Unis dans le monde et leur rapport au multilatéralisme.

"Je ne peux le dire, je ne lui ai pas demandé", a répondu cette semaine son porte-parole sans sourciller.

L'enjeu est de taille, car l'accord de Paris est le premier accord universel sur le climat, impulsé par les Etats-Unis et la Chine.

Signé le 12 décembre 2015 à Paris, dans le cadre de la COP21, par 195 pays, et ratifié depuis par 147, l'accord prévoit notamment de contenir le réchauffement climatique en dessous des 2 degrés par rapport aux niveaux préindustriels.

La Russie est actuellement la seule économie industrialisée qui refuse de combattre le réchauffement planétaire. Leur départ ne devient ensuite effectif qu'après un an. Il ne finance plus la CCNUCC ou les programmes climat internationaux.

De nombreuses entreprises d'énergie fossile ont prié Trump de ne pas quitter ces accords, comme Exxon Mobil ou Cloud Peak.

Selon un projet de texte que l'AFP a pu voir mercredi, l'UE et la Chine sont prêtes à s'engager dans une déclaration conjointe afin d'"accélérer leur coopération pour améliorer la mise en oeuvre" de l'accord, "déterminées" à avancer les mesures nécessaires pour tenir leurs engagements de réduction d'émissions de gaz à effet de serre.

Le texte indique seulement que les pays recherchent " un plafonnement des émissions dans les meilleures délais ".

Recommande: