Deux nouvelles arrestations, une femme libérée — Attentat de Manchester

02 Juin, 2017, 01:53 | Auteur: Lynn Cook
  • Attentat de Manchester appel à témoin avec des

Deux hommes ont été arrêtés jeudi matin dans la région de Manchester (nord-ouest de l'Angleterre), "en lien" avec l'attentat de lundi, tandis qu'une femme interpellée a été libérée sans inculpation, a annoncé la police britannique.

Hachem, qui a revendiqué son appartenance à l'EI, "était au courant du projet" de son frère et a reconnu avoir été présent en Grande-Bretagne dans la phase de préparation de l'attentat, selon la Force de dissuasion, qui fait office en Libye de police loyale au gouvernement d'union nationale (GNA).

Des images de la police britannique reproduites par le New York Times montrent un détonateur que le kamikaze aurait tenu dans sa main gauche, des morceaux de métal et des vis jonchant le sol, ainsi que des fragments d'un sac à dos bleu déchiqueté.

Après l'interpellation d'Hachem, frère de Salman Abedi, au domicile familial à Tripoli, son père "Ramadan Abedi vient d'être arrêté lui aussi", a indiqué un porte-parole d'une unité des services de sécurité libyens.

Un proche de la famille habitant à Manchester a déclaré à l'AFP, sous le couvert de l'anonymat, que Salman Abedi s'était rendu en Libye récemment avant de regagner la Grande-Bretagne quatre jours avant. 'Ces perquisitions sont liées à l'attaque de lundi au Manchester Arena' et l'enquête est encore en cours, explique la police.

La police a arrêté, dans la grande banlieue de Manchester, un cinquième suspect dans le cadre de l'enquête. Mardi, un homme de 23 ans avait été arrêté à Chorlton, au sud de Manchester.

La BBC a affirmé que le jeune homme aurait servi de "mule" en se faisant exploser avec une bombe fabriquée par quelqu'un d'autre.

Attentat de Manchester appel à témoin avec des
Des policiers en faction pendant la course à pied le Great Manchester Run le 28 mai 2017 à Manchester AFP- JON SUPER

L'attentat, revendiqué par l'Etat islamique (IE) a fait 22 morts et plusieurs dizaines de blessés. Les attentats se sont multipliés ces derniers mois en Europe alors que l'EI subit de lourdes pertes militaires en Irak et en Syrie.

Le bilan pourrait s'aggraver: une vingtaine des 64 blessés hospitalisés - parmi lesquels douze ont moins de 16 ans - restaient en soins intensifs mercredi.

Nick Lewis, père d'une collégienne grièvement blessée, a décrit les près de dix heures de chirurgie pendant lesquelles sa fille Freya "a été recousue, percée, ressoudée et ré-assemblée sous des pansements".

Une minute de silence a été observée dans tout le pays, notamment à Trafalgar Square dans le coeur de Londres, et dans tout Manchester, place St Ann, où la foule a chanté "Don't look back in anger" (ne rumine pas la colère) du groupe mancunien Oasis.

La relève de la garde devant le palais de Buckingham, grande attraction pour les touristes, a été annulée, tout comme le défilé pour le titre du club de football de Chelsea prévu pour dimanche près de leur stade londonien.

A Stockholm, une minute de silence puis une autre d'applaudissements ont été observées avant le coup d'envoi de la finale de l'Europa League remportée par Manchester United contre l'Ajax Amsterdam (2-0).

"Nous ne pouvons ignorer la possibilité qu'un groupe d'individus plus large soit lié à l'attentat de Manchester", a déclaré mardi soir la Première ministre Theresa May, annonçant également des renforts de l'armée pour épauler la police.

Recommande: