Trump dénonce les pays de l'OTAN "qui doivent d'énormes sommes d'argent"

01 Juin, 2017, 01:57 | Auteur: Sue Barrett
  • Moment d'anthologie que les médias notamment américains,nónt pas manqué d'interpréter

Un échange "très nourri", "direct", "pragmatique", selon l'Élysée, et qui s'est déroulé intégralement en anglais.

Donald Trump a exprimé son inquiétude quant aux conséquences du Brexit sur l'emploi aux Etats-Unis lors de sa réunion de travail avec les dirigeants européens jeudi matin, a indiqué une source européenne à plusieurs médias.

C'est ainsi qu'Emmanuel Macron a qualifié son échange avec Donald Trump, jeudi 25 mai à Bruxelles, en marge d'un sommet de l'Otan, au cours duquel les deux hommes auront assumé leurs divergences sur le climat et leur volonté de faire cause commune sur le dossier syrien.

Après la traditionnelle poignée de main, Donald Trump a déclaré à l'attention du nouveau président de la République: "vous avez mené une campagne incroyable et remporté une formidable victoire". Il a également souligné que le monde entier avait parlé de cette élection, puis il a rappelé que les deux pays avaient de nombreux sujets à aborder.

Mais les G7 ont un autre enjeu: c'est l'une des rarissimes occasions où les dirigeants du monde se rencontrent physiquement et peuvent se mesurer, échanger, créer des liens. L'enjeu est donc de taille pour le nouveau président français face à son homologue américain qui refuse toujours de se prononcer sur cette question. Avec l'irruption parfois musclée de Donald Trump sur la scène internationale, les petits gestes comptent aussi. "Je suis très heureux de pouvoir, ensemble, changer beaucoup de choses", avait espéré le Français avant la rencontre, bien conscient de la réputation de climatosceptique de Donald Trump.

"Je respecte le fait qu'il ait mis " sous revue " les engagements de Paris". Mon souhait, c'est qu'il n'y ait aucune décision précipitée sur ce sujet de la part des Etats-Unis d'Amérique. "Notre responsabilité collective, c'est de maintenir le caractère mondial de cet engagement qui fut une première", a insisté Emmanuel Macron au sujet des accords de Paris.

Même s'il a affirmé soutenir l'Otan, le président Trump a été plus vindicatif dans son discours, demandant le partage du " fardeau " des dépenses de l'Alliance. Elle même s'était d'ailleurs rendue à New York pour tenter de le rencontrer.

À quelques jours du scrutin, il avait prédit que l'attentat perpétré sur les Champs-Elysées à Paris et revendiqué par l'organisation djihadiste Etat islamique (EI) aurait des répercussions de taille et "aiderait probablement" Marine Le Pen car "c'est la plus ferme sur les frontières".

S'il en a un qui a attiré tous les regards durant la visite de Trump à Bruxelles, c'est Emmanuel Macron.

Il n'en a pas fallu plus pour faire réagir la presse américaine.

Recommande: