L'utilisation d'armes chimiques en Syrie déclenchera "une riposte immédiate" — Macron

01 Juin, 2017, 00:42 | Auteur: Sandy Vega

Macron a toutefois souhaité un "partenariat" renforcé avec Moscou pour lutter contre le terrorisme en Syrie.

"Il a indiqué qu'il faudrait " discuter avec l'ensemble des partis en présence " dans le dossier syrien, " y compris les représentants de M. Bachar al-Assad", notant, en réponse à une question, que " pour autant " la réouverture d'une ambassade de France à Damas n'était " pas une priorité ". A cet égard, M. Macron a annoncé sa volonté que se tienne "au plus vite" une nouvelle réunion entre la Russie, l'Allemagne, la France et l'Ukraine. "On va se dire les choses en vérité, Russia Today et Sputnik ne se sont pas comporté comme des organes de presse mais comme des organes de propagande mensongère", a-t-il lancé à la journaliste de RT (ex-Russia Today) ajoutant qu'il ne "cédera rien sur le sujet".

Vladimir Poutine avait en effet soutenu verbalement François Fillon durant la campagne présidentielle avant de recevoir Marine Le Pen au Kremlin, rappelle La Croix.

Pourtant, selon l'enquête du quotidien russe à la base de ces révélations, cette purge serait institutionnalisée et émanerait des plus hautes sphères de cette république dirigée d'une main de fer par Ramzan Kadyrov, le président tchétchène. "Nous avons évoqué le cas des personnes LGBT en Tchétchénie et des ONG en Russie", a assuré Emmanuel Macron.

"Selon lui, M. Poutine a promis la " vérité complète " sur la répression des homosexuels en Tchétchénie et indiqué " avoir pris plusieurs initiatives sur le sujet des personnes LGBT " pour " régler les sujets les plus sensibles ". Alors qu'on lui demandait sur Europe 1 s'il était possible qu'Emmanuel Macron aborde le sujet avec Vladimir Poutine, Alexandre Orlov répondait: "Il peut aborder ce sujet, comme tout autre sujet". La France avait déployé les fastes de la République dans ce décor monarchique, avec tapis rouge et gardes républicains.

Après la défaite de l'extrême droite en France et la mise à l'écart de la Russie du G7 de Taormine, Vladimir Poutine devrait donc tenter "de reprendre pied face à une Union européenne ragaillardie par la victoire de l'ancien ministre de l'Économie", commente Le Figaro.

Après la conférence de presse, ils ont visité l'exposition, prétexte à cette rencontre: "Pierre le Grand, un tsar en France".

Pour la presse de mardi, Emmanuel Macron a passé avec succès son "redoutable bizutage" diplomatique (Le Figaro), faisant flotter "un air de dégel" avec la Russie (Libération) "sans que les dossiers qui fâchent aient été occultés" (Le Parisien).

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP.

Recommande: