Les recettes publicitaires plombées par les élections

01 Juin, 2017, 01:34 | Auteur: Aubrey Nash
  • Les recettes publicitaires plombées par les élections

Au 1er trimestre 2017, les recettes publicitaires nettes (médias historiques + courrier publicitaire + imprimés sans adresse) s'établissent à 1 958 millions €, en diminution de -2,5% par rapport au 1er trimestre 2016. En pleine période pré-électorale, le 1 trimestre 2017 aura donc été marqué par un certain " attentisme", ce qui expliquerait son recul, relèvent les auteurs de l'étude. Ces effets se ressentent particulièrement sur les médias cinéma (-14,1% alors que l'évolution était de 42,8% entre les T1 2016 et 2015) et presse magazine (-9% VS -4,9%).

Si les résultats du marché publicitaire (périmètre hors Internet) au premier trimestre 2017 sont en baisse de 2,5%, l'IREP, France Pub et Kantar Media confirment néanmoins leurs estimations de croissance (0,5%) pour l'année en cours.

. Côté baisses, aussi, la presse au global accuse un recul de 5% sur les trois premiers mois de l'année.

Selon l'étude, le marché publicitaire compte 31 050 annonceurs sur l'ensemble des médias, soit +1%. Sans surprise, la distribution demeure " un fort soutien " du marché publicitaire (+8,5%) avec une hausse simultanée des enseignes généralistes (+13,2%) et spécialisées (+7,4%). La presse reste le média traditionnel qui attire le plus d'annonceurs (45%) mais " c'est surtout sur les leviers digitaux qu'ils sont plus nombreux puisque le display et le search, ensemble, captent plus de la moitié de ces intervenants (59%) ".

En ce qui concerne les médias historiques, leurs recettes sont en diminution de -2,4% au 1er trimestre 2017 (+0,4% au 1er trimestre 2016). Au vu de l'évolution de la méthodologie, et de l'absence dans cette étude de l'intégration totale des chiffres relatifs au digital (en dehors du bilan annuel du marché, leur publication étant la chasse gardée de l'Observatoire de l'e-publicité du SRI réalisé par PwC en partenariat avec l'Udecam), les comparaisons d'un trimestre sur l'autre sont donc à considérer avec précaution.

A l'inverse on observe une baisse d'activité pour l'alimentation (-10,9%), la beauté (-11,3%) et l'automobile (-7%).

L'ensemble marketing direct et promotion sera étal, et les médias propriétaires poursuivront leur forte progression à + 12 %.

Recommande: