Montel (FN) voulait dénoncer "le deux poids deux mesures" — Emploi d'assistants

31 Mai, 2017, 06:52 | Auteur: Lynn Cook

POLITIQUE C'est presque une vingtaine d'élus qui font partie de la liste de parlementaires concernés par les accusations du Front national...

Il n'y a pas que Marielle de Sarnez qui fait l'objet d'une enquête préliminaire, à la suite des accusations de l'eurodéputée FN Sophie Montel.

Cette enquête a été ouverte par le parquet de Paris le 22 mars à la suite du signalement d'une eurodéputée FN, dénonçant des emplois fictifs parmi des collaborateurs de députés européens d'autres partis.

A lire aussi: VIDEO.

Pour le PS, Edouard Martin, Emmanuel Maurel, Christine Revault d'Alonnes Bonnefoy et Jean-Louis Cottigny apparaissent, tandis que du côté LR, Michèle Alliot-Marie, Angélique Delahaye, Brice Hortefeux, Marc Joulaud, Tokia Saïfi, Jérôme Lavrilleux (ex-LR) et Constance Le Grip sont cités.

Un document publié par Le Figaro montre toutefois que le Parlement européen avait autorisé Jérôme Lavrilleux à employer Quentin Bataillon, pourtant élu local, comme assistant parlementaire. A l'UDI, il s'agit de Jean Arthuis (devenu En Marche) et Dominique Riquet. Avec Marielle de Sarnez pour le MoDem, Robert Rochefort est également évoqué. Enfin, on découvre Yannick Jadot et Michèle Rivasi élus EELV, Patrick Le Hyaric du Front de Gauche et Virginie Rozière du PRG.

Avant lui, la ministre des Affaires européennes, qui nie également le caractère fictif de l'emploi de son assistante, a décidé de porter plainte pour dénonciation calomnieuse contre l'eurodéputée d'extrême droite.

"J'apprends qu'une élue du Front national diffame mon équipe parlementaire en lui reprochant l'exercice de mandats électifs", écrit ce proche de Nicolas Sarkozy dans un communiqué diffusé sur Twitter.

" Tout est clair et connu par (les) services (du Parlement européen)".

Reconnaissant que "plusieurs membres" de son équipe "ont exercé ou exercent un mandat d'élu municipal", l'ancien ministre sarkozyste estime que "tout est effectué dans les règles et le Parlement Européen, toujours très scrupuleusement, est informé des moindres détails". Cet engagement est non seulement légal mais aussi moral.

"Brice Hortefeux aurait engagé comme assistante parlementaire une conseillère municipale de Clermont-Ferrand et de la communauté urbaine de Clermont-Auvergne Métropole".

Recommande: