Une satire suédoise rafle la Palme d'or à la surprise générale — Cannes

30 Mai, 2017, 04:20 | Auteur: Sue Barrett

The Square, film satirique du Suédois Ruben Östlund, a décroché la Palme d'or. Mais, après tout, pourquoi pas.

Pour la première fois en compétition pour la Palme d'or, le réalisateur pose un regard grinçant sur nos lâchetés et interroge le soi-disant "vivre ensemble" de nos sociétés. De George Miller récompensant Moi, Daniel Blake, Steven Spielberg primant La vie d'Adèle ou David Cronenberg saluant Rosetta. Quasiment tous les films que nous avons aimé et pour lesquels nous militions sont présents au tableau final. Mais trois ont particulièrement marqué: You Were Never Really Here, de la Britannique Lynne Ramsay, Faute d'amour du Russe Andreï Zviaguintsev et 120 battements par minute, du Français Robin Campillo.

"C'est un film formidable et une équipe formidable", s'est exclamé sur la scène du Palais des festivals Östlund, en invitant la salle à hurler avec lui de bonheur. C'est les règles de la démocratie.

Après la cérémonie, Pedro Almodóvar a fait comprendre à demi-mot que le jury s'était exprimé collectivement et démocratiquement, mais que ce film, qui parle de la lutte contre le sida et pour la reconnaissance des malades, avait eu ses faveurs pour la Palme d'or. "J'avais renvoyé en avion mes souliers vernis", explique celui qui a été ovationné pour sa prestation dans "You Were Never Really Here" de Lynne Ramsay. Logique lorsqu'on voit à quel point ils ont écrasé la concurrence avec des performances taille XXL. Mais, honnêtement, pour cette 70e édition, il n'y a pas de scandale. Lui qui avait été injustement oublié en en 2008 pour Two Lovers (oui, ok, Benicio Del Toro ne l'a pas volé non plus) se retrouve enfin reconnu à sa juste valeur.

Là encore, malgré des prix mérités, on fera état d'aucun prix pour le très bon acteur Colin Farrell, qui a ce rôle palpitant dans Les Proies de Sofia Coppola (Prix de la mise en scène). "Ce sujet aussi sérieux a été traité avec une imagination incroyable". Une des grandes déception de cette 70ème édition pour nous. Le Prix de la Mise en scène a été remis par Fan BingBing et Gabriel Yared. Le seul grand absent, c'est lui. Dans son discours, beaucoup porté sur l'art du cinéma dans un premier temps, l'actrice et maîtresse de cérémonie a tenu à mettre les femmes à une place centrale, rappelant que les réalisatrices restent plus rares que leurs homologues masculins dans la sélection et dans les lauréats. Un portrait frais, moderne, d'une trentenaire paumée interprétée par une Laetitia Dosch hallucinante. Cans ce combat, c'est Netflix qui remportera au final la Palme économique, car ce modèle de films à la demande avec un abonnement mensuel à prix doux est plébiscité par les consommateurs.

Recommande: