Une comédie grinçante suédoise rafle la Palme d'or — Surprise à Cannes

30 Mai, 2017, 04:03 | Auteur: Sue Barrett

L'actrice australienne, qui dans sa carrière passe des blockbusters aux films indépendants, était notamment à l'affiche des "Proies" de Sofia Coppola, aux côtés de Colin Farrell, Elle Fanning et Kirsten Dunst. La première surprise du palmarès est arrivée avec un prix de la mise en scène difficilement imaginable pour Sofia Coppola, seconde cinéaste à le décrocher après Ioulia Solntseva en 1961 (!). Il suit particulièrement un jeune militant prénommé Nathan marqué par la radicalité de Sean. Aucune n'avait encore jamais reçu ce prix prestigieux.

Et s'il a choisi de situer son film dans le milieu de l'art c'est que ce réalisateur, qui se dit marxiste, le juge "bien trop distant de la vraie vie". Le jury de Pedro Almodovar a sacré le film suédois The Square, portrait grinçant de l'individualisme occidental. The Square raconte l'histoire d'une crise existentielle, celle de Christian, un père divorcé également conservateur apprécié d'un musée d'art contemporain. Il se heurte toutefois à ses propres limites en la matière, lorsque son univers bascule avec le vol de son portable et de son portefeuille. "Un subterfuge des voleurs".

Le jury du 70e Festival de Cannes a couronné The Square de Ruben Östlund, dimanche soir, lors de la cérémonie de clôture du 70e Festival de Cannes. Ruben Ostlund a voulu y dénoncer par le sarcasme les petites et grandes lâchetés des nantis cultivés face aux migrants, réfugiés et SDF.

Pour Todd McCarthy, du Hollywood Reporter, "+The Square+ a mérité sa récompense+", tandis que pour Peter Bradshaw du Guardian, c'est "un choix honorable, mais il est décevant que le jury n'ait pas soutenu le formidable +Faute d'amour+", du Russe Andreï Zviaguintsev. C'est pour cela que, pour sa 70ème édition, la liste des récompensés a encore défrayé la chronique, adoubant des films en oubliant par exemple de donner la récompense suprême à 120 battements par minute, pourtant l'un des grands favoris de la plupart des gens présents sur la Croisette.

Ce film, grand coup de cœur de la rédaction de "L'Obs" retrace la naissance d'Act Up. Mais il montre aussi le sexe, l'amour, les gay prides et les soirées exutoires au son de la house musique, qui donne son titre au film.

C'est la première fois en compétition du réalisateur suédois, qui avait remporté en 2014 le Prix du Jury dans la section "Un certain regard" avec "Turist". Cans ce combat, c'est Netflix qui remportera au final la Palme économique, car ce modèle de films à la demande avec un abonnement mensuel à prix doux est plébiscité par les consommateurs. L'Américain Joaquin Phoenix a quant à lui reçu le Prix d'interprétation masculine pour sa performance dans "You Were Never Really Here", de la Britannique Lynne Ramsay.

Dans ce thriller psychologique, l'acteur de 42 ans impressionne en vétéran du Vietnam, traumatisé, mutique et ultra-violent, qui doit exfiltrer une adolescente d'un réseau de prostitution. "J'espère que nous pourrons travailler encore ensemble", déclare le réalisateur au moment de recevoir son prix.

Prix d'interprétation féminine. Diane Kruger, pour In the fade, de Fatih Akin (Allemagne-Turquie). Mon rôle de femme, et de maîtresse de cérémonie, m'oblige à vous rappeler que l'on dit: 'Prenez garde à ne pas faire pleurer une femme, parce que Dieu compte ses larmes'. Frédéric Strauss, de Télérama, regrettait que le film finisse "par se noyer dans son discours sur la perte de confiance".

Recommande: