Macron dans la cour des grands à l'Otan

30 Mai, 2017, 04:32 | Auteur: Lynn Cook
  • Ce que l’Otan attend de Trump

L'entourage du président français a déclaré que le climat, sujet sur lequel le président américain ne s'est pas encore prononcé, "sera le plus compliqué".

Les 28 chefs d'Etat et de gouvernement de l'Alliance atlantique se retrouveront jeudi après-midi pour une cérémonie de remise des clés du nouveau siège de l'Alliance, puis un dîner de travail.

"L'Otan est bien sûr utile pour faire de la coordination, de l'échange de renseignement, mais il ne faut en aucun cas que l'action opérationnelle des différents membres de la coalition ne soit reprise par l'Otan, ce n'est pas son rôle", a-t-on ajouté dans l'entourage du président français, précisant que Donald Trump avait "bien compris" la position défendue par Paris. Le voici donc au pied du mur, à l'occasion de sa vraie entrée sur la scène internationale pour une séquence particulièrement chargée avec la réunion de l'Otan, jeudi à Bruxelles, le sommet du G7, ce vendredi et samedi en Sicile, et la rencontre avec Vladimir Poutine, lundi à Versailles. Habitué à littéralement broyer la main de ses interlocuteurs, cette fois Donald Trump avait semble-t-il trouvé quelqu'un de sa trempe pour lui tenir tête.

Même commentaire pour le New York Times: "Les mâchoires serrées, leur visage alternant entre sourires et grimaces, les deux hommes se sont serrés la main jusqu'à ce que les jointures de Donald Trump pâlissent". L'agence de presse Reuters a quant à elle qualifié la séquence de "diplomatie de la poignée de main".

"A un moment, [Donald Trump] a essayé de se dégager, mais [Emmanuel] Macron s'est agrippé encore plus fortement et a continué à faire monter la pression".

Selon les observateurs et certains médias britanniques, comme The Guardian, c'est même Emmanuel Macron qui a gagné la partie du serrage de main.

Sur les réseaux sociaux, le geste a été largement commenté. Au moment de quitter Bruxelles, Trump a en effet tenté de l'attirer brusquement à lui au moment de la poignée de main d'adieux mais étant donné que les deux hommes étaient en train de marcher, cela n'a pas eu l'effet escompté.

Mais comme le regrette Bloomberg, ce genre de poignée de main n'est pas très éloignée d'une compétition "de cour de récréation".

Le discours du président Trump sur le partage du " fardeau ". Mercredi, le secrétaire d'État américain Rex Tillerson a expliqué que Donald Trump "n'a pas encore pris de décision définitive sur la participation des États-Unis à l'accord de Paris sur le climat; il étudiera le dossier à son retour à Washington". Lors de leur seconde poignée de main, le locataire de l'Élysée a moins maîtrisé la situation. Et ce deuxième serrage de main fut encore plus intense. Macron "a signalé avec cette poignée ferme que l'Américain n'était pas le seul mâle alpha dans la salle", poursuit le quotidien tout en rappelant que les deux dirigeants représentent "deux alliés très proches qui ont un respect considérable l'un pour l'autre".

Recommande: