Nouvelles arrestations, huit hommes interrogés au Royaume-Uni — Attentat de Manchester

27 Mai, 2017, 00:54 | Auteur: Sue Barrett

Les autorités britanniques ont confirmé que le kamikaze, identifié comme étant Salman Abedi, un Britannique de 22 ans d'origine libyenne, né et grandi à Manchester, n'avait vraisemblablement pas agi seul.

"Les dégâts sont encore plus grands quand cela implique la divulgation non autorisée de preuves potentielles au beau milieu d'une importante enquête du contre-terrorisme", a ajouté ce porte-parole. Des images de la police britannique reproduites par le New York Times avaient notamment montré un détonateur que le kamikaze, mort dans l'explosion, aurait tenu dans sa main gauche, des morceaux de métal et des vis jonchant le sol taché de sang, ainsi que des fragments d'un sac à dos bleu déchiqueté.

La Première ministre britannique Theresa May a indiqué qu'elle allait demander au président américain Donald Trump lors du sommet de l'Otan à Bruxelles jeudi le respect de la "confidentialité" des informations partagées entre services de renseignement sur l'attentat de Manchester, commis lundi soir à la sortie d'un concert de la chanteuse pop Ariana Grande. La police a découvert des 'objets potentiellement suspects' et a procédé à des 'explosions contrôlées'.

"Nous sommes furieux. C'est complètement inacceptable", a indiqué cette source.

"Si la sécurité et le terrorisme deviennent de grands thèmes de la campagne, celle qui pourrait y gagner ne peut être que Theresa May", ancienne ministre de l'Intérieur, a toutefois jugé le professeur en sciences politiques Seven Fielding, de l'université de Nottingham.

"La police britannique a été très claire sur le fait qu'elle veut contrôler le flux d'informations, afin de protéger l'intégrité opérationnelle" de l'enquête et pouvoir bénéficier "d'éléments de surprise", avait-elle expliqué. À Paris, son homologue français, Gérard Collomb a avancé que le kamikaze avait des liens "avérés" avec le groupe Etat islamique et que c'était "après un voyage en Libye, puis sans doute en Syrie" qu'il s'était "radicalisé et décidé à commettre cet attentat".

L'enquête sur l'attentat de Manchester progressait rapidement jeudi, avec huit hommes au profil "intéressant " désormais en garde à vue, la police antiterroriste regrettant pourtant des fuites dans les médias américains qui "nuisent " à leurs efforts.

"Manchester est vraiment une ville résiliente, et nous attendons avec impatience cet événement sportif majeur, organisé avec le soutien de la police", a déclaré Luthfur Rahman, chargé des affaires culturelles et sportives de la municipalité.

"Le rétablissement du contrôle aux frontières est justifié et restera opérationnel".

Hachem Abedi, né en 1997, était surveillé depuis un mois et demi en Libye et préparait un acte terroriste dans la capitale, Tripoli, selon les autorités libyennes.

Que sait-on des personnes interpellées?

Elle a estimé qu'une nouvelle attaque contre le Royaume-Uni était probablement "imminente".

Nous sommes aujourd'hui à un niveau d'alerte dit 'critique'. "Il est donc tout à fait possible que d'autres attaques soient imminentes", a-t-elle déclaré.

L'attentat de Manchester a été revendiqué par l'organisation Etat islamique mardi après-midi. Ramadan Abedi était rentré dans son pays en 2011 pour combattre aux côtés des rebelles les forces de Kadhafi pendant la révolte qui a renversé le dictateur, selon des médias britanniques.

Le journal note que le terroriste aurait visité au moins deux magasins de bricolage afin de se procurer les matériaux qu'il a utilisés pour fabriquer la bombe artisanal qui a tué lundi 22 personnes et blessé une centaine à Manchester Arena.

Recommande: