Le directeur intérimaire du FBI contredit Trump

27 Mai, 2017, 01:41 | Auteur: Lynn Cook

Le président Donald Trump a publiquement intimé à l'ex-directeur du FBI James Comey de ne pas faire fuiter d'informations dans la presse sur les circonstances confuses de son limogeage, un événement rarissime qui continue de semer le trouble aux Etats-Unis. "Le FBI va poursuivre cette enquête vigoureusement et complètement", a dit McCabe aux sénateurs.

"James Comey ferait bien d'espérer qu'il n'y a pas d'enregistrements de nos conversations avant qu'il ne commence à parler à la presse", a ainsi tweeté le président des Etats-Unis.

Des proches de James Comey ont confié au New York Times, au contraire, que Donald Trump lui aurait demandé de lui promettre sa "loyauté", ce qu'il aurait refusé. "Le président Trump a clairement dit son intérêt à mettre en place des relations de travail pragmatiques et mutuellement bénéfiques" avec la Russie, a déclaré M. Lavrov. "Et ce jour-là il m'a dit que je n'étais pas visé par une enquête, ce que je savais déjà de toute façon".

Donald Trump n'aime définitivement pas ce qui (le) dérange. Donald Trump avait évoqué l'existence de ces conversations dans un entretien télévisé jeudi. Multipliant les déclarations contradictoires de ses porte-parole depuis plusieurs jours, le président a sorti une nouvelle version des faits, jeudi soir. Oubliant que Bill Clinton fit de même en 1993 avec William S. Sessions, les Démocrates plaident que Comey a été limogé à cause de sa direction de l'enquête sur l'infiltration présumée d'intérêts russes dans la campagne électorale de Donald Trump.

Et il a promis de prévenir le Congrès en cas de tentative du pouvoir d'intervenir dans l'enquête - qualifiée de "hautement importante" - alors même que la Maison Blanche tente d'en minimiser l'importance et appelle à tourner la page.

Il est reproché à M. Comey d'avoir commenté publiquement l'affaire Clinton durant la campagne, contrairement à l'usage au FBI. "J'allais le limoger quelles que soient les recommandations", a-t-il affirmé. Il le décrit comme un "hâbleur" et un "fanfaron".

Ces commentaires désobligeants n'étaient pas du goût des élus du Congrès, y compris républicains.

Pour cette question posée au directeur du FBI, Donald Trump peut-être accusé d'avoir interféré dans une enquête du Bureau. "Le problème, ce sont les raisons incohérentes qui ont été données". Après avoir annoncé, en juillet, peu avant l'investiture de la candidate démocrate, que le FBI lançait une enquête, Comey faisait rapidement machine arrière.

Au Sénat, le successeur par intérim de Comey, Andrew McCabe, a estimé qu'il n'était pas d'usage de révéler l'identité des personnes ciblées par une enquête du FBI.

Trump a assuré que républicains et démocrates " finiront par me remercier ".