En Marche! dévoile l'identité des candidats investis — France/ Législatives

23 Mai, 2017, 09:14 | Auteur: Sandy Vega

Manuel Valls ne sera pas officiellement un candidat de la majorité présidentielle.

Les investitures des 428 candidats aux législatives de La République En Marche ont été annoncées ce jeudi 11 mai.

C'est la première scène de l'acte II pour le président élu, parvenu à l'Elysée mais désormais soucieux de s'assurer la maîtrise de l'Assemblée nationale pour mettre en place son programme.

Ils sont 428 et ils vont porter les couleurs d'En Marche! pour les élections législatives, dont le premier tour aura lieu le 11 juin.

Mais, le brouillard peine à se dissiper sur l'identité de ses soldats.

Selon d'autres responsables de REM, cette exception pourrait être étendue à une dizaine personnalités politiques de droite et de gauche qui se sont montrées "bienveillantes" à l'égard de la démarche du président élu mais ne souhaitent pas sauter le pas avant de connaître la composition du gouvernement. La date limite de dépôt des candidatures aux législatives est fixée au 19 mai.

Les candidats de "La République en marche", la nouvelle étiquette du parti, seront investis pour les législatives avant jeudi midi dans chacune des 577 circonscriptions, a ajouté M. Ferrand.

La candidature de l'ex-Premier ministre socialiste Manuel Valls, qui a focalisé l'attention ces derniers jours sur fond de recomposition du paysage politique, n'a pas été retenue car "il a déjà fait trois mandats parlementaires" mais le mouvement ne présentera pas de candidat contre lui, a déclaré le secrétaire général du mouvement "La République en marche", Richard Ferrand.

Mais "il y a des vocations tardives qui s'éveillent" depuis l'élection, a ainsi observé Richard Ferrand.

Pour expliquer ce refus, Richard Ferrand a dit que Manuel Valls ne remplissait pas les critères requis, mais qu'il constituait toutefois un cas particulier. "Au contraire, cela nous oblige à les analyser et à être prudent sur un certain nombre de circonscriptions", poursuit ce même cadre, précisant que "cela ne présage pas de l'issue" de l'examen.

Tous remplissent les "critères de renouvellement voulus par Emmanuel Macron: la parité réelle, la probité, le pluralisme politique et la cohérence", a affirmé le secrétaire général du mouvement.

Enfin, chez les socialistes, les divergences ont éclaté au grand jour, avant un bureau national du parti mardi. En attendant, la liste dévoilée ce jeudi devrait tout de même apporter son lot de réponses à des secrets bien gardés.

Une seule exception a été accordée à certains députés du MoDem, le parti du centriste François Bayrou qui a passé une alliance avec Emmanuel Macron avant la présidentielle.

Comme lui 80 députés sortants PS ont effectué la demande d'être candidats sous l'étiquette La République En Marche. A condition que le Parti socialiste, qui envisage sérieusement son exclusion, ne lui oppose pas de candidat socialiste. Le quotidien britannique souligne que 52 % des 428 candidats qui font partie de cette liste n'ont jamais fait de politique ni participé aux élections. Parmi les impétrants, il y a 214 femmes et autant d'hommes. Elle devra l'être mercredi prochain. Le candidat le plus jeune a 24 ans, la plus âgée 72 ans.

Recommande: