La République en Marche dévoile ses candidats aux législatives

21 Mai, 2017, 11:57 | Auteur: Sandy Vega

La raison invoquée? Une "singularité " due au fait que ce dernier est le "seul Premier ministre " qui a soutenu ouvertement Emmanuel Macron et fait acte de candidature à l'investiture sous la bannière d'En marche!.

Sur le cas épineux de Manuel Valls, La République en marche a choisi le compromis. " (REM). "Nos candidats signent le retour définitif des citoyens ", a lancé le secrétaire général d'En Marche!, Richard Ferrand, en référence aux candidats issus de la société civile, définis comme ceux qui "n'exercent aujourd'hui aucun mandat politique ".

En revanche pas la moindre trace d'élus Les Républicains dans cette liste. Richard Ferrand, secrétaire général de La République en marche (LREM), s'était pourtant engagé lundi devant la presse à publier la liste des candidats investis dans chacune des 577 circonscriptions françaises par le mouvement créé par Emmanuel Macron. Cependant, sur les 428 candidats, pour le moment aucun n'a été investi face à Myriam El Khomri dans le XVIIIe circonscription de Paris.

Alors que la moyenne d'âge des députés sortants est de 60 ans, celle des candidats La République en Marche n'est que de 46 ans. Résultat, selon l'entourage d'Emmanuel Macron il y aura en tout seulement 550 candidats LREM en lice pour les légilsatives. Certains n'ont pas eu à passer d'entretien, et Emmanuel Macron a bel et bien personnellement tranché à plusieurs reprises.

Dans la 2e circonscription du Gard, La République en marche a investi la " torera " à cheval Marie Sara, 52 ans, ex-épouse du tennisman Henri Leconte, qui dirige les arènes des Saintes-Maries-de-la-Mer (Bouches-du-Rhône), commune où elle réside, et de Mont-de-Marsan (Landes).

Pour l'instant, 428 candidats ont été investis, en respectant scrupuleusement la parité, soit 214 femmes et 214 hommes.

La commission Delevoye compte investir ses derniers candidats d'ici au 18 mai prochain, au terme d'un calendrier des investitures très mouvant depuis son installation en février. Le sort de ces 148 circonscriptions vacantes sera réglé au plus tard mercredi.

Là encore, Richard Ferrand a donné l'explication: il s'agissait que "puisse être maintenu vivant un espace permettant à la recomposition du paysage politique français de se concrétiser encore".

Parmi les 428 candidats dévoilés, certains noms sont connus: Gaspard Gantzer, le conseiller à la communication de François Hollande, le candidat à la primaire de la gauche François de Rugy ou encore les anciens magistrats spécialistes de la lutte anti-corruption Eric Halphen et Laurence Vichnievsky ainsi que le mathématicien Cédric Villani. Des personnalités mentionnées ont ainsi démenties être candidates, comme le président du Racing club de Toulon Mourad Boudjellal ou le député-maire socialiste de Sarcelles François Pupponi. Le nouveau parti présidentiel doit aider les plus novices en politique à se former et à financer leur campagne.

Recommande: