Législatives : En Marche fait un cadeau à Manuel Valls

14 Mai, 2017, 06:38 | Auteur: Sandy Vega

Dans sa chronique, Françoise Fressoz, éditorialiste au " Monde", revient les différences entre Manuel Valls, qui fait tout pour rejoindre Emmanuel Macron pour les législatives, et les hollandais, qui ne franchissent le gué qu'au compte-gouttes.

La veille au soir, Éric Woerth a estimé sur Europe 1 qu'"il n'y a pas de bienveillance chez Emmanuel Macron, il est extrêmement dur". "Je suis progressiste réformiste mais aussi socialiste attaché à son Parti et ses valeurs".

Jean-Paul Delevoye, président de la commission d'investitures de La République en marche, a par ailleurs fait savoir qu'"à ce jour ", M. Valls n'était "pas dans les critères d'acceptation de sa demande d'investiture ".

Ce scrutin est crucial pour le président pro-européen de 39 ans qui doit convaincre les Français de lui donner une majorité parlementaire pour gouverner. Pour mener les réformes promises dans un pays très divisé, il lui faut rassembler derrière lui des personnalités issues de la droite et de la gauche modérées.

Signe de la complexité de la situation, l'annonce de ralliement de l'ancien Premier ministre Manuel Valls au mouvement d'Emmanuel Macron a jeté le trouble au sein du parti socialiste (PS). Il appelle également les progressistes de gauche à faire de même. Fin du suspense attendu aujourd'hui, avec la publication de la liste partielle des candidats aux législatives de cette organisation.

A Solférino, siège du PS, c'est avis de tempête: avant même le début du Bureau national à 10H30, Manuel Valls a affirmé qu'il serait "candidat de la majorité présidentielle" en juin.

LIRE AUSSI Législatives: rejeté de toutes parts, Valls peut-il sauver son mandat seul? Son but: imposer à Emmanuel Macron la cohabitation avec un gouvernement de droite.

Quand plusieurs médias rapportaient sur la base des propos de M. Cambadélis qu'une procédure d'exclusion venait d'être ouverte contre l'ancien Premier ministre, son entourage a démenti.

La République en marche autorise ses membres à être encartés dans un autre parti, ce qui n'est pas le cas du PS. "Si certains veulent partir ou se singulariser qu'ils le fassent et nous laissent travailler", a signifié Jean-Christophe Cambadélis.

'La parole de Manuel Valls est une parole qui n'est pas anodine. Le PS a lancé une procédure pour l'en exclure. "(.) Nous mesurons bien le courage qu'il a eu de quitter un Parti socialiste aujourd'hui en décomposition et nous voyons bien aujourd'hui qu'il n'est pas forcément opportun pour le mouvement En marche! d'intégrer cette candidature, quel que soit le passé", a encore déclaré Jean-Paul Delevoye.

Recommande: