Le Pen s'adresse aux supporters de Mélenchon

30 Avril, 2017, 13:44 | Auteur: Lynn Cook

Il n'y a pas de doute sur qui nous sommes. Un doute sur quoi? "Toute l'oligarchie use contre moi, mais aujourd'hui aussi contre vous, d'arguments indignes, veut vous mettre au garde-à-vous derrière le banquier Macron", a dit la candidate du Front national.

Depuis le premier tour, elle présente aussi le second tour comme "un réferendum pour ou contre la France". "Ça me met à distance de bien du monde dans cette affaire pour le deuxième tour", a-t-il poursuivi.

Pour justifier son choix de ne pas donner de consigne à ses militants, Jean-Luc Mélenchon explique: "Vous n'avez pas besoin de moi pour savoir ce que vous avez à faire".

Je ne suis pas un gourou, je ne suis pas un guide, je suis un responsable politique qui essaie d'éclairer le chemin et de porter la parole des autres. Ce que je vais voter, je ne vais pas le dire. "Il n'y a pas besoin d'être un grand clerc pour deviner ce que je vais faire", a également ajouté le candidat quelques minutes plus tard. "Pour que vous puissiez rester groupés", a-t-il répondu dans sa vidéo. Résistant aux nombreux appels émanant de la gauche et de la droite lui demandant de soutenir ouvertement Emmanuel Macron face à Marine Le Pen, Jean-Luc Mélenchon s'est refusé à trancher, indiquant qu'il irait voter, pas pour l'extrême droite mais sans préciser s'il voterait blanc ou en faveur de l'ancien ministre de l'Economie. Concernant Marine Le Pen, il pointe le caractère identitaire très marqué de son projet: "C'est encore pire, elle va fouiller dans les berceaux, voir qui est Français qui ne l'est pas ou qui ne le sera plus".

Dans une pleine page publiée dans le quotidien Libération, l'association "Les Fils et Filles des Déportés Juifs de France" et Serge, Beate et Arno Klarsfeld font directement référence aux camps de concentration nazis et appellent à voter Macron "contre Le Pen". Ce que nous demande Monsieur Macron, il nous demande un vote d'adhésion.

Jean-Luc Mélenchon commet deux fautes.

"La priorité dans l'intérêt du pays est de maintenir l'unité du mouvement qui s'est constitué autour de sa candidature pour qu'il puisse devenir la première force politique aux élections législatives", précise Manuel Bompard, estimant que La France insoumise "doit se comporter en recours, unie et ferme autour de son programme".

Elle a lancé un appel vendredi à "faire barrage à Emmanuel Macron".

Recommande: