La frappe turque est "inacceptable", selon les autorités du Kurdistan irakien

26 Avril, 2017, 06:55 | Auteur: Lynn Cook
  • FRAPPES DE L'ARMÉE TURQUE CONTRE LES KURDES DU PKK EN IRAK ET EN SYRIE

En Irak, six Peshmergas ont été tués par accident dans un raid qui ciblait une milice alliée du PKK.

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), 18 personnes ont péri dans les frappes turques près de la ville syrienne d'Al-Malikiyah, proche de la frontière turque.

Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), la Syrie est le pays le plus dangereux au monde pour le personnel de santé. Les YPG ont confirmé des victimes dans les frappes mais sans fournir de bilan.

Dans leur offensive pour reprendre Raqa lancée en novembre, les FDS sont soutenus dans les airs par la coalition internationale dirigée par les Etats-Unis.

"Nous avons exprimé ces inquiétudes directement au gouvernement turc".

"Nous demandons à la coalition d'intervenir pour faire cesser les violations turques et l'appui indirect de ce pays à Daech", acronyme arabe de l'EI, a-t-il ajouté.

De plus, Redur Khalil, porte-parole des YPG, qui effectuait une visite avec un officier américain sur le lieu de l'attaque, a signifié la couleur: "Les YPG ne resteront pas silencieux face à cette attaque et se réservent le droit de se défendre et de venger [leurs] martyrs".

La coalition "a une énorme responsabilité et doit assumer ses devoirs de protéger cette zone, car nous sommes partenaires dans la lutte contre l'EI", a-t-il ajouté.

Les Etats-Unis sont "profondément préoccupés" par les bombardements turcs en Syrie et en Irak qui auraient tué plus d'une vingtaine de combattants kurdes, a indiqué mardi le département d'Etat. Elle affirme vouloir travailler avec ses alliés, mais sans les YPG à la reconquête de Raqa.

La Turquie considère cette milice kurde syrienne comme un allié du Parti des travailleurs du Kurdistan (le PKK, séparatistes kurdes turcs), sa bête noire. Selon elle, 40 membres du PKK en Irak et 30 autres en Syrie ont été "neutralisés". Six membres des forces kurdes irakiennes, les Peshmerga, ont été tués par erreur dans l'opération. Les combattants kurdes irakiens ont toutefois affirmé dans le communiqué que la faute incombait au PKK.

" Selon les données fournies par les renseignements, au cours d'un raid ont été détruits des entrepôts de munitions, des postes de liaison et des refuges des membres " de l'organisation, indique la source dans un communiqué, précisant que 40 membres du PKK, considérée comme une organisation terroriste par la Turquie, avaient été tués en Irak et 30 autres en Syrie. " Les opérations vont se poursuivre jusqu'à la neutralisation du dernier terroriste ".

Recommande: