Après le premier tour, les déçus doivent choisir — France

25 Avril, 2017, 02:30 | Auteur: Sue Barrett
  • Après le premier tour, les déçus doivent choisir — France

Bild, le quotidien le plus lu d'Allemagne, est soulagé.

Si Macron a plutôt bien accueilli le soutien de Hollande et figure pour l'instant largement en tête des sondages au second tour (7 mai), ce soutien pourrait constituer un mini-tournant dans sa campagne en vue de la victoire finale.

Au premier tour de la présidentielle de 2012, les anciennes régions Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon, qui forment l'actuelle Occitanie, avaient élu François Hollande. Selon lui, "les résultats du premier tour renforcent notre confiance dans notre scénario: cet été, la France aura, pour la première fois, un président en faveur des réformes".

Le Figaro évoque une "droite K".

Lundi, sur le marché de Rouvroy, c'est sur un autre domaine qu'elle est au contraire venue convaincre les électeurs: dans sa besace, quelques tracts "Eradiquer le terrorisme islamiste" offerts aux passants ou aux commerçants. ", sur le rejet des partis traditionnels et le désir de renouvellement exprimés par les Français".

"Macron-Le Pen: enjeu l'Europe" (La Repubblica).

Alors, Emmanuel Macron a-t-il déjà gagné? "Le duel qui transforme la France" (La Stampa): ces titres s'étalent lundi matin à la une des principaux quotidiens italiens.

Pour le journal de centre-gauche Libération, "le second tour opposera [.] le social-libéralisme au nationalisme, l'ouverture à la fermeture, l'Europe unie à la France seule". Pour sa part, Marine Le Pen a obtenu 21,53 % des voix.

La présidente du FN tiendra jeudi un meeting d'entre-deux-tours à Nice. "Il en reste deux: Le Pen et Macron", titre le quotidien qui s'intéresse aussi à la vie privée du leader d'En Marche! avec cette photo où il embrasse son épouse. Sur le côté, la légende dit: "Macron n'a pas renoncé à son amour de 24 ans plus âgée".

Les résultats n'étaient pas connus au moment du bouclage des journaux chinois. Toutefois, le quotidien économique et financier estime que l'élection présidentielle française a "calmé les peurs de l'Union européenne".

Le premier tour de la présidentielle 2017 s'achève également sur une note de tristesse pour le candidat du Parti Socialiste.

"Une France déchirée", "deux France", "Une gifle à l'establishment". Pourtant, le doute planait quant à la participation d'Emmanuel Macron pour le débat du mercredi 3 mai prochain.

Au Royaume-Uni, le quotidien de centre-gauche The Guardian parle d'Emmanuel Macron comme du "meilleur espoir d'un grand pays profondément troublé" tandis que le journal de centre-droit The Times évoque "une élite française humiliée par des marginaux en route vers la victoire".

Recommande: