Syrie: ce que l'on sait sur le bombardement de la base aérienne

09 Avril, 2017, 00:52 | Auteur: Lynn Cook
  • Le décret sur la fermeture de la centrale de Fessenheim est

L'Arabie saoudite et la Turquie, qui appuient l'opposition syrienne, ont applaudi la frappe américaine.

Quelque 60 missiles Tomahawk ont été tirés à partir depuis de navires de guerre en Méditerranée.

D'après l'Observatoire syrien des droits de l'Homme, quatre soldats syriens ont été tués dans la base frappée par les 59 missiles américains. "Nous espérons que tant que les Etats-Unis seront synonymes de justice, la paix et l'harmonie prévaudront", a-t-il ajouté. Vendredi, lors d'une réunion du Conseil de sécurité de l'ONU, l'ambassadrice américaine a déclaré que la décision de l'envoi de la cinquantaine de missiles Tomahawk en Syrie était "pleinement justifiée", et "mesurée ". Le président américain a par ailleurs appelé toutes les "nations civilisées" à oeuvrer pour faire cesser le bain de sang en Syrie et le terrorisme.

La télévision syrienne rapporte qu'une base militaire a été la cible d'une "agression américaine", par un "certain nombre de missiles". Elle a qualifié l'attaque "d'agression".

" Il y a des blessés qui sont atteints de brûlures " et " des incendies que nous tentons de maîtriser ", a pour sa part indiqué Talal Barazi, le gouverneur de Homs.

Le ministère russe de la Défense a annoncé dans la soirée avoir convoqué l'attaché militaire américain à Moscou et lui avoir officiellement remis la note lui signalant la suspension de l'accord, après avoir signifié au Pentagone la fin des canaux de communication d'urgence sur la Syrie. "La frappe de cette nuit était juste une frappe unique, destinée à montrer que nous sommes prêts à utiliser la force" en cas d'attaque chimique, ou bien était-elle le signe d'un "changement délibéré" de la politique américaine vers une approche plus musclée contre le régime de Bachar al-Assad?, a-t-elle demandé.

Mais le chef de la diplomatie syrienne Walid Mouallem a réaffirmé que l'armée de son pays "n'a pas utilisé et n'utilisera jamais" d'armes chimiques contre son peuple, "pas même contre les terroristes", expression du régime pour désigner rebelles et djihadistes.

A l'été 2013, le prédécesseur de Donald Trump, Barack Obama, avait renoncé à frapper le régime syrien après une attaque aux armes chimiques près de Damas qui avait fait plus de 1.400 morts.

L'agence de presse officielle du gouvernement syrien fait été de "9 civils tués, dont des enfants".

Carte de l'AFP montrant la localisation des frappes américaines en Syrie jeudi 6 avril 2017.

Le premier ministre avait préalablement donné son appui à ces frappes américaines par voie de communiqué, y voyant une intervention "limitée et ciblée" pour "affaiblir la capacité du régime Assad de perpétrer des attaques aux armes chimiques contre des civils innocents, dont de nombreux enfants". "Nous ne pouvons pas permettre que ces horribles attaques puissent continuer de se produire en toute impunité".

10h00. Bachar el-Assad seul responsable des frappes américaines, selon Paris et Berlin.

Elle a ajouté que le Conseil de sécurité des Nations unies est incapable de régler le conflit syrien.

Recommande: