Un milliard d'euros d'engagements pour apaiser la colère — Guyane

05 Avril, 2017, 00:08 | Auteur: Sandy Vega
  • Le Premier ministre Bernard Cazeneuve fait une déclaration à la presse sur la situation en Guyane en présence du ministre de l'Intérieur Matthias Fekl, du ministre de l'Aménagement du Territoire Jean Michel Baylet, du ministre de la J

Le mouvement social que connaît ce vaste territoire d'Amérique du Sud (83.000 km2) situé à 7.000 km de Paris, est basé sur des revendications sécuritaires, économiques et sociales.

La ministre des Outre-mer Ericka Bareigts a présenté ses "excuses" jeudi à Cayenne au "peuple guyanais" pour des années de sous-investissement de Paris en Guyane, qui ont conduit ce territoire à plus de dix jours de conflit social.

Quelques minutes plus tôt, la ministre des Outre-mer avait déjà fait son mea culpa devant la délégation d'une cinquantaine de Guyanais que Matthias Fekl et elle-même recevaient. Des centaines de personnes avaient alors bravé des heures durant une pluie battante pour hurler leur méfiance et leur "détermination" face à la préfecture de la Guyane, où la ministre des Outre-mer Ericka Bareigts et le ministre de l'Intérieur Matthias Fekl ont reçu dans l'après-midi leurs représentants.

Samedi, les ministres ont énuméré une trentaine d'engagements portant notamment sur la sécurité, la santé et l'éducation, dont certains déjà communiqués ces derniers jours. La sécurité et la justice sont la priorité avec la pérennisation d'un escadron de gendarmes mobiles, l'arrivée de 50 gendarmes et policiers cette année, et 80 gendarmes supplémentaires entre 2018 et 2020. De leur côté, Ericka Bareigts et la ministre de la Santé Marisol Touraine ont validé mercredi une aide de fonctionnement exceptionnelle de 20 millions d'euros à l'hôpital de Cayenne, en difficulté financière. Alors que les terres en Guyane appartiennent à l'État français, ce qui alimente un fort mécontentement populaire, Ericka Bareigts a annoncé la cession par Paris de 250 000 hectares pour qu'y soient notamment construits des logements sociaux. D'autres mesures ont été validées, destinées aux populations amérindiennes, à l'économie ou l'environnement.

Dans une ambiance très calme, la délégation guyanaise s'est présentée vers 10H00 (15H00 à Paris) devant les ministres, à la préfecture, avec un cahier de revendications de plus de 400 pages, rédigées par des collectifs appuyés par des élus. La rencontre avec les peuples autochtonesVendredi matin, quelques dizaines d'Amérindiens vêtus de rouge, certains portant des habits traditionnels étaient calmement rassemblés devant le bâtiment.

Selon Manuel Jean-Baptiste, un membre de la délégation originaire de Saint-Laurent, les barrages érigés dans cette ville avaient "été levés pour le temps des négociations samedi, pour que les gens puissent venir à Cayenne" et écouter les propositions gouvernementales. "C'est vrai en Guyane, mais ça l'est également à Mayotte, ça l'est également aux Antilles".

"C'est à moi que revient l'honneur de dire au peuple guyanais, au-delà de ma personne, de ma petite personne, au-delà des fonctions (.), toutes mes excuses au peuple guyanais pour que, ensemble, nous puissions construire le quotidien mais aussi l'avenir de la Guyane", a-t-elle poursuivi, devant plusieurs centaines de personnes.

Recommande: