Macron reçu à sa demande samedi par Estrosi

05 Avril, 2017, 00:55 | Auteur: Sandy Vega
  • Emmanuel Macron à Paris le 28 mars 2017

Philippe Poutou, candidat du Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA, extrême gauche) à l'élection présidentielle, a appelé samedi à voter pour Emmanuel Macron, en dressant en ce 1er avril l'inventaire des raisons pour lesquelles il fallait soutenir le candidat centriste. "Ils savent bien que sous un pavillon de complaisance différent, c'est bien la même marchandise frelatée qui se trouve dans les cales " et " le même équipage ".

"Je veux que nous soyons le vote du cœur, de l'enthousiasme, de l'espérance et que nous chassions loin de cette campagne, loin du pays, le parti de la haine, celui du mépris, celui du repli et toutes celles et tous ceux qui nous font tellement honte", a-t-il lancé sous les "Macron président".

L'occasion pour le militant trotskiste d'affirmer qu'Emmanuel Macron "défend une orientation économique ultra-libérale, qui favorise le développement du chômage, de la pauvreté, de la précarité, des inégalités, terreau sur lequel se développe le Front national depuis des décennies". Ne les sifflez jamais, combattez-les, sortons-les. Mais, selon lui, "le FN est [leur] premier opposant".

"Je vous dis qu'en tout cas c'est un bon choix que vous me proposez, c'est un très bon choix que vous me proposez", a-t-il ajouté.

"On va gagner", lui ont lancé les militants réunis au parc Chanot au milieu d'une forêt de drapeaux français et européen. Une rencontre à la demande d'Emmanuel Macron avant de réunir ses partisans, lors d'un meeting tenu cette après-midi à Marseille, qui aura duré environ 30 minutes. Cependant, les dons collectés ne seront pas donnés à l'ancien Premier ministre, mais seront versés à des associations.

"Quand je regarde Marseille, je vois une ville française, façonnée par 2.000 ans d'Histoire, d'immigration, d'Europe". Chaque fin de mois pour lui est difficile. Candidat à la présidentielle et président de Debout la France, Nicolas Dupont-Aignan a moqué "deux personnes creuses comme des tambours qui se rencontrent".

Mais le candidat LR n'a pas oublié qui est à l'origine de ses déboires avec la justice: la presse.

Quant au second tour, Emmanuel Macron sortirait largement vainqueur avec 59 % contre 41 % pour Marine Le Pen, mais il baisse sensiblement depuis dix jours, avec une perte de de cinq points. "Ce n'est pas le visage que je veux pour la France", a-t-il déclaré lors de son meeting à Marseille.

Recommande: