Attentat terroriste à Saint-Pétersbourg: Condoléances d'Erdogan à Poutine

05 Avril, 2017, 00:58 | Auteur: Lynn Cook
  • Le wagon du métro de Saint-Pétersbourg après l’explosion. Crédits: VK

Selon le FSB, l'explosion a eu lieu à 14H40 (11H40 GMT) dans une rame circulant entre deux stations d'une ligne fréquentée qui traverse le centre-ville, Sennaïa Plochtchad et Tekhnologuitcheski Institout.

Il s'agit d'Akbarjon Djalilov, né en 1995, a poursuivi le comité, affirmant que cet homme était aussi celui qui avait déposé une seconde bombe dans une autre station du centre-ville, Plochtchad Vosstaniïa. Il suffit de cliquer sur le lien, puis sur "S'abonner ". En déplacement à Saint-Pétersbourg ce lundi matin, le président russe, Vladimir Poutine, a confirmé lors d'une intervention télévisée la présence de plusieurs victimes et ne s'est pas engagé sur les circonstances ni les origines des faits: "L'investigation le dira, nous envisageons toutes les causes, aussi bien le terrorisme que les crimes de droit commun". Il a ajouté que le drame présentait "tous les signes d'un attentat".

Saint-Pétersbourg a annoncé trois jours de deuil. Il avait auparavant dirigé une réunion avec des représentants du FSB, des services de secours et du ministère de l'Intérieur.

Elle intervient alors que l'organisation Etat islamique a appelé à frapper la Russie après son intervention militaire en Syrie en soutien au régime Assad.

La Russie n'a pas été aussi durement touchée depuis l'explosion en plein vol le 31 octobre 2015 d'un vol reliant l'Égypte à la Russie avec 224 personnes à bord, un attentat revendiqué par l'EI. Le but recherché est de "modifier le regard de l'opinion publique sur la campagne syrienne", estime le quotidien Nezavissimaïa Gazeta.

Après l'attentat de Saint-Pétersbourg, les services antiterrroristes ont renforcé les mesures de sécurité notamment dans les transports, notamment les aéroports et les gares.

Le Conseil de sécurité des Nations unies a condamné fermement un "attentat terroriste barbare et lâche".

Le président américain Donald Trump a pour sa part dénoncé un attentat "absolument horrible".

Hollande et Mme Merkel ont également saisi cette occasion "pour renouveler au président Poutine et au peuple russe l'expression de leur sympathie et de leur solidarité après l'attentat de Saint-Pétersbourg" et le président Poutine "les a remerciés de leur sollicitude", a précisé l'Élysée. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

Recommande: