Pourquoi les renseignements n'enquêtaient pas sur le terroriste de Londres — Khalid Masood

04 Avril, 2017, 01:29 | Auteur: Lynn Cook

Le responsable de la lutte au terrorisme de la police métropolitaine, Mark Rowley, a aussi révélé que l'assaillant semble avoir agi seul mais qu'il a probablement été inspiré par le terrorisme international. Il était connu des services de renseignements.

La Première ministre Theresa May est évacuée rapidement et convoque une réunion de crise.

Jeudi après-midi, des informations venues de Belgique faisaient craindre une tentative d'attaque similaire à celle de Londres à Anvers.

En effet, Mohamed Abrini, " l'homme au chapeau " des attentats de Bruxelles de mars dernier et suspect-clé des tueries de Paris en novembre 2015 y avait séjourné l'été précédant ces attaques. Il avait été condamné à plusieurs reprises, la première fois en 1983 pour destruction de biens et la dernière fois en décembre 2003 après avoir été pris en possession d'un couteau.

Cependant, selon le Guardian, Khalid Masood ne figurait pas sur la liste du MI5 des 3.000 personnes les plus susceptibles de commettre un acte terroriste. Ils ont observé une minute de silence.Le périmètre autour du palais de Westminster, coeur politique et touristique de la capitale, était toujours bouclé et un calme étrange y régnait, interrompu seulement par le bruit des hélicoptères tournant dans le ciel. "Il était très calme", raconte-t-elle, encore "choquée". Une collecte sur internet a en à peine trois heures permis de recueillir 20.000 livres sterling (environ 23.000 euros) pour sa famille. "(.) Il avait une femme, une jeune Asiatique, et un petit enfant qui allait à l'école", se rappelle-t-elle. Il s'agit de Khalid Masood, un ressortissant britannique né dans le Kent âgé de 52 ans. Mercredi, cet homme sur lequel peu de détails ont été dévoilés a lancé sa voiture contre la foule sur le pont de Westminster, face à Big Ben, tuant deux personnes - un Américain d'une cinquantaine d'années et une Britannique d'origine espagnole de 43 ans - et en blessant plusieurs dizaines.

Theresa May l'avait présenté comme un "extrémiste connu des services de renseignement".

Recommande: