Macron, Le Pen et Fillon à couteaux tirés — Présidentielle

04 Avril, 2017, 04:25 | Auteur: Lynn Cook
  • François Bayrou et Emmanuel Macron ont officialisé leur alliance le 23 février dernier. LP  Olivier Lejeune

Derrière "l'estime et le respect réciproque" et les "projets majeurs" avec l'ancien ministre de l'Économie évoqués par Christian Estrosi, au-delà de "l'esprit républicain", Emmanuel Macron et Christian Estrosi avaient tout intérêt à se voir hier matin. Une tactique qu'il prévoit d'employer à nouveau devant les caméras lors du second débat télévisé d'avant premier tour, mardi 4 avril sur BFM TV, en présence cette fois des onze candidats à l'Elysée. Même si Emmanuel Macron évite toute projection, il sait que les probabilités de la retrouver au second tour de la présidentielle sont substantielles. En Corse, les sarkozystes étaient là, samedi, pour l'acclamer à Biguglia et Ajaccio.

Mon objectif "ce n'est pas de continuer la politique hollandaise du 'pas de bol' et du 'pas de vague' comme le fera Emmanuel Macron qui en a été l'inspirateur", a en outre assuré François Fillon. "Ce " Monsieur Propre " de la politique n'y allant pas par quatre chemins se posait en " rassembleur " pour sauver sa " famille politique ". Et ils se le cachent peut-être à eux-mêmes. Sous-entendu, ceux qui m'ont hué et ceux qui les ont laissés faire dans l'entourage de François Fillon ne le sont pas. Tandis que son immunité présidentielle le protégera.

"Mes amis, je résiste!".

C'est avec une demi-heure de retard et sous un concert de casseroles de la part d'une quarantaine de personnes scandant "Fillon en prison!" que l'ancien Premier Ministre a rejoint une salle comble, gonflée à bloc et toute acquise à sa cause. Un dernier sondage BVA montre d'ailleurs que François Fillon, avec 19% des intentions de vote, resserre l'écart avec Emmanuel Macron et Marine Le Pen, ex aequo à 25%.

Mais, a aussi considéré M. Woerth, ce n'était "pas bien de siffler Christian Estrosi" lors du meeting vendredi de François Fillon à Toulon. Il a donc perdu 3 points dans les sondages pour cause de sa mise en examen dans l'affaire des emplois fictifs. "Maintenant, la fragilité est du côté de Macron".

Cette visite, qui ne figurait pas au programme officiel du candidat d'En Marche!, n'a été discrètement confirmée à la presse que dans la nuit. Tout faux pas peut lui faire perdre du terrain, d'autant que tous ses adversaires l'ont dans leur ligne de mire.

Le candidat Les Républicains ne devance plus Jean-Luc Mélenchon que de deux points. Adieu le Parti socialiste. Selon cette étude, après deux semaines de recul, François Fillon prend la première place. Marine Le Pen sourit à la tribune, sûre de sa force à trois de semaines de l'élection présidentielle.

Recommande: