Indignation dans le camp Hamon — Valls votera Macron

04 Avril, 2017, 00:04 | Auteur: Sandy Vega

Pour un candidat à une élection, "c'est toujours bien d'avoir la capacité de rassembler", a déclaré l'ex-candidat à la primaire socialiste élargie sur Public Sénat et Sud Radio, alors que le soutien de l'ancien Premier ministre a conduit plusieurs responsables de droite à accuser Emmanuel Macron de "recycler" les responsables du quinquennat Hollande. "J'appelle désormais tous les électeurs, ceux qui sont engagés dans la lutte contre les injustices, j'appelle les sociaux-démocrates intimement attachés au progrès social et à la démocratie, mais aussi le Parti communiste, les communistes et Pierre Laurent, les insoumis et Jean-Luc Mélenchon, à réunir leurs forces aux miennes", a déclaré Benoît Hamon lors d'une allocution devant la presse à son QG de campagne. Il a dénoncé des "comportements et des pratiques indignes depuis le début de la campagne présidentielle".

"Benoît Hamon est en réalité minoritaire au Parti socialiste".

"Ce n'est pas un ralliement, c'est un choix de raison", avait précisé ensuite l'élu d'Evry. "@EmmanuelMacron face au risque de l'extrême droite: dignité, clarté, responsabilité, valeurs #pasdechichis", écrit-il sur son compte Twitter. "Ce que vaut un homme sans honneur". "J'ai juste envie de dire à Manuel Valls que cette tentative de sabotage, elle ne va pas marcher".

"Minable", a renchéri la députée Karine Berger.

Fondamentalement, Manuel Valls et François Hollande n'ont pas digéré leur défaite. "On se souviendra de la présidentielle 2017 comme le moment où les deux partis qui ont gouverné la France pendant les dernières décennies ont été balayés du paysage politique".

Les Français ne sont pas tendres avec Manuel Valls et son récent soutien à Emmanuel Macron. Ceux qui ont rejoint En Marche! ne sont donc plus au Parti socialiste.

La mauvaise nouvelle pour Emmanuel Macron est que le soutien de Manuel Valls le fait apparaître comme l'héritier de l'actuel président de la République. "Je combats cette position". L'explosion du Parti socialiste, par contre, est déjà à l'ordre du jour. 72% des Français estiment ainsi que le candidat du mouvement En Marche! ne devra nommer dans son gouvernement que des personnalités n'ayant jamais été ministre jusque-là. " Valls reproche aussi à Hamon d'avoir plus cherché à séduire le camp Mélenchon que le reste du PS. "Je n'accepte pas la marginalisation de la gauche du gouvernement".

Recommande: