Cazeneuve réunit ses ministres pour trouver une sortie de crise — Guyane

04 Avril, 2017, 00:43 | Auteur: Aubrey Nash

Le Premier ministre Bernard Cazeneuve a qualifié lundi d'"irréaliste" le montant de 2,5 milliards d'euros réclamé par le collectif socio-professionnel guyanais, à l'origine du conflit social qui secoue la Guyane depuis deux semaines.

"Il serait aisé de céder à la facilité et de promettre des mesures et des aides financières d'un montant irréaliste puis d'en laisser la charge et la responsabilité à un autre gouvernement, a-t-il dit devant la presse". Les négociations en vue de ce plan ont été conduites ces derniers jours sous la houlette de la ministre des Outre-mer, Ericka Bareigts, et le ministre de l'Intérieur, Matthias Fekl, qui se sont rendus en Guyane.

"Bloquer la Guyane, bloquer son économie, bloquer ses écoles, bloquer ses services publics, ce n'est pas ainsi que l'on peut préparer l'avenir", a poursuivi M. Cazeneuve.

Il avait notamment demandé aux magasins de rester fermés lundi dans le cadre d'une "opération ville-morte", a expliqué à l'AFP une de ses communicantes, Florence Adjodha, mais tout en laissant la possibilité aux propriétaires de ne pas le faire.

"Ils n'ont pas le choix, sinon les +500 frères+ vont venir tout casser", a commenté Ricardo, un travailleur clandestin péruvien qui assistait à la scène.

Un bus des "500 frères" et une camionnette ont également circulé dans le quartier, toujours pour faire fermer les magasins, dont deux au moins ont dû s'exécuter, a constaté l'AFP. "Ils sont vraiment dangereux", a dénoncé une source gouvernementale.

Ce plan "répond aux préoccupations prioritaires exprimées par les différentes parties prenantes regroupées en collectifs, notamment en ce qui concerne l'éducation, la sécurité, la santé ou la commande publique", selon un communiqué de la ministre.

A l'appel de ce collectif, qui regroupe les mouvements protestataires guyanais, une nouvelle manifestation est prévue mardi près de Kourou, sur le rond-point menant à la base spatiale, à partir de 14h heure de Paris.

Et d'affirmer que la fusée Ariane 5 "restera au sol tant que la Guyane ne décollera pas".

Le mouvement social s'est cristallisé autour de revendications portant sur la sécurité, la Guyane étant le département de France où le taux d'homicides est le plus élevé (42 en 2016 pour environ 260.000 habitants). "Pou La Gwiyann dékolé" avait aussi demandé samedi "un statut particulier pour la Guyane".

Recommande: