Cazeneuve appelle à "poursuivre le dialogue", la mobilisation se durcit — Guyane

04 Avril, 2017, 04:42 | Auteur: Lynn Cook

Il rejette la demande des collectifs d'un plan d'aide de 2,5 milliards d'euros.

A moins de trois semaines du premier tour de l'élection présidentielle, la ministre, qui comptait rentrer prochainement à Paris, les avait exhorté plus tôt à rapidement "graver dans le marbre le travail" engrangé "ensemble" après la présentation d'un document en cinq points.

C'est une fin de non-recevoir. Le collectif guyanais "Pou La Gwiyann dékolé" a refusé de signer le protocole de sortie de crise, et ce malgré le milliard d'euros débloqué par le gouvernement pour son plan d'urgence.

La réunion à Matignon comprendra les deux ministres de retour de mission en Guyane, Ericka Bareigts (Outre-mer) et Mathias Fekl (Intérieur), ainsi que leurs collègues Najat Vallaud-Belkacem (Education), Marisol Touraine (Affaires sociales et Santé), Jean-Jacques Urvoas (Justice), Jean-Michel Baylet (Aménagement du territoire), Stéphane Le Foll (Agriculture), Patrick Kanner (Ville) et le secrétaire d'Etat au Budget Christian Eckert. Réunion ministérielleCe ne sont pas neuf mais douze ministres qui se sont rendus ce lundi 3 avril à la réunion ministérielle sur la situation en Guyane.

"Il serait aisé de céder à la facilité et de promettre des mesures et des aides financières d'un montant irréaliste puis d'en laisser la charge et la responsabilité à un autre gouvernement, a-t-il dit devant la presse. Ce n'est pas la conception que nous avons de la responsablité dans la République", a déclaré Bernard Cazeneuve.

Prônant la poursuite du dialogue, le Premier ministre a précisé que dans la nuit de samedi à dimanche, "11 accords" ont déjà été trouvés. Plus de 15 000 personnes avaient ainsi défilé à Cayenne et Saint-Laurent du Maroni, les deux plus grandes villes.

Le collectif "Pou La Gwiyann dékolé", qui regroupe l'ensemble des mouvements protestataires, demande "au gouvernement d'entamer les discussions avec la société guyanaise afin d'ouvrir un débat clair, transparent, visant à doter notre pays, trop éloigné des centres de décisions hexagonaux, un statut particulier pour la Guyane", a indiqué un membre du collectif, cité par les médias français, estimant que le lien "trop centralisé et vertical avec Paris" empêche le département "d'avancer".

Réclamant deux fois plus de la part de l'Etat, le collectif des Guyanais a promis de maintenir le mouvement, sans qu'aucune réunion ne soit programmée dans les prochains jours.

Il a ralenti la vie économique et maintient la fusée spatiale Ariane 5 au hangar.

"Demain, tous les barrages seront fermés", avait affirmé dimanche Olivier Goudet, un cadre du mouvement, par ailleurs porte-parole du groupe des "500 frères contre le délinquance", en pointe dans les protestations. Dans les supermarchés, certains produits frais commencent à manquer: le port de marchandises est bloqué, tout comme le fret aérien.

Recommande: