L'UE à 60 ans cherche un nouveau souffle, en dépit du Brexit

26 Mars, 2017, 02:12 | Auteur: Lynn Cook

Sous les applaudissements, chacun des 27 chefs d'Etat et de gouvernement ainsi que les dirigeants des institutions européennes ont paraphé la "Déclaration de Rome" au Capitole, dans la même salle où avait été signé le traité historique le 25 mars 1957.

Les dirigeants de l'UE ont renouvelé samedi à Rome leur engagement européen, dans une déclaration solennelle, 60 ans après la signature du traité fondateur de l'Union dans la ville éternelle. "Il y aura un 100e anniversaire de l'UE", a prédit le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker à son arrivée.

La Première ministre britannique Theresa May, qui a décidé de lancer la complexe procédure de Brexit mercredi prochain, n'était d'ailleurs pas présente aux célébrations dans la capitale italienne.

Le cérémonie s'est terminée par une grande photo de famille des dirigeants européens sur la place du Capitole, dessinée par Michel-Ange. Brexit, mais aussi vagues migratoires, marasme économique, attentats jihadistes et repli identitaire: conçue à six pour reconstruire l'Europe après la Seconde Guerre mondiale, l'Union à 27 traverse la pire crise de son histoire. Au moins trois bus de manifestants venus du nord de l'Italie ont ainsi été détournés vers la périphérie de Rome pour une fouille et des contrôles d'identité que les militants dénonçaient comme interminables. Face aux menaces, l'Europe doit être aujourd'hui encore plus forte selon François Hollande.

Davantage d'Europe, une autre Europe ou contre l'Europe: des milliers de personnes - pro et anti-UE - ont défilé samedi à Rome, sans incident, dans différents cortèges, sous haute surveillance.

Des personnes ont manifesté samedi dans les rues de Rome pour affirmer leur soutien à l'Union Européenne. "L'unité de l'Europe n'est pas un modèle bureaucratique, c'est un socle de valeurs communes et de normes démocratiques". La Grèce, sur le chapitre social, et la Pologne, sur l'idée d'Europe "à plusieurs vitesses" appuyée par Paris et Berlin, ont ainsi bataillé ces derniers jours pour modifier le document en leur faveur. Les 27 promettent ainsi d'"agir de concert, si nécessaire à des rythmes différents et avec une intensité différente, tout en avançant dans la même direction, comme nous l'avons fait par le passé, conformément aux traités et en laissant la porte ouverte à ceux qui souhaitent se joindre à nous plus tard".

Recommande: