Présidentielle, les ambiguïtés de Manuel Valls fragilisent Benoît Hamon

15 Mars, 2017, 00:54 | Auteur: Lynn Cook
  • Présidentielle, les ambiguïtés de Manuel Valls fragilisent Benoît Hamon

Pour cette raison, pense le même, M. Valls pourrait finalement choisir de donner un coup de pouce à Emmanuel Macron en appelant à voter pour lui avant le premier tour, mais seulement si l'hypothèse d'un second tour Fillon-Le Pen se renforçait. Qui soutiendra-t-il ou pas à l'élection présidentielle entre Benoît Hamon, qui l'a largement battu à la primaire, et Emmanuel Macron, qui lui a volé le créneau social-libéral? Pour rappel, chaque candidat doit posséder cinq cent parrainages de maires pour pouvoir se présenter aux élections présidentielles française.

Les relations déjà tendues entre le leader d'En Marche et l'ancien Premier ministre ne sont pas prêtes de s'apaiser. Mais au regard des propos sans ménagement que Manuel Valls tient sur la campagne de Benoît Hamon dans les colonnes de "Paris Match" cette semaine, difficile de l'imaginer se ranger pleinement derrière le socialiste d'ici le premier tour de la présidentielle. De plus, fragilisé par les affaires d'emplois présumés fictifs, François Fillon a perdu sa première position face à la présidente du FN, et Benoît Hamon est pour l'instant distancé. Dans Paris Match, il semble très clair: "Je ne peux pas apporter mon parrainage à Benoît Hamon".

"La candidature à la présidence de la République, c'est le rapport entre un homme, un projet, un peuple". L'inimitié personnelle est un premier élément non négligeable, tout comme peut-être le fait que l'ancien ministre de l'Intérieur n'ait pas réussi à contrer " la comète Macron", ce dernier raflant une place qui semblait promise à l'ancien édile d'Evry. Hamon les a mais ce serait clairement un mauvais signal de la part de Valls.

A gauche, le refus annoncé de M. Valls de parrainer M. Hamon a suscité quelques remous. La question des soutiens à Benoît Hamon ou Emmanuel Macron se pose du sommet du PS à sa base électorale. La charte des primaires citoyennes signée par les candidats est limpide: les candidats défaits s'engagent à soutenir le vainqueur de ladite consultation.

"Il faut que les socialistes aujourd'hui réfléchissent à entrer dans une majorité de coalition s'il y en a besoin pour stabiliser le gouvernement" au cas où Emmanuel Macron entrerait à l'Elysée, a dit le député Gilles Savary.

Dès lors qu'est ce qui empêche Manuel Valls de franchir le Rubicon et rejoindre son ancien ministre?

A l'inverse, Jean-Marie Le Guen et d'autres ont à plusieurs reprises ouvert la porte à un départ vers Macron, rejetant la ligne "radicale" de Hamon.

Recommande: