L'hôpital militaire de Kaboul pris d'assaut par un commando déguisé

09 Mars, 2017, 00:08 | Auteur: Lynn Cook
  • Un policier afghan sur le site de l'attaque à Kaboul

Des hommes armés, dont l'un au moins était déguisé en médecin, ont attaqué mercredi un hôpital militaire proche de l'ambassade des Etats-Unis à Kaboul et affrontaient les forces de sécurité afghanes à l'intérieur du bâtiment, ont rapporté des responsables et des témoins.

Un porte-parole du ministère de la Défense, le général Dawlat Waziri, a dit que plus de 30 personnes ont été tuées et 50 blessées. Le bilan serait d'au moins 2 morts et une trentaine de blessés.

Le général Waziri a ajouté que les forces de sécurité ont maintenant repris le contrôle de cet hôpital de 400 lits, qui est pourtant situé dans le quartier diplomatique fortement sécurisé de la capitale.

De leur côté, les talibans afghans ont démenti toute implication sur Twitter. Il a par ailleurs précisé que "la plupart étaient des patients, des médecins et des infirmiers ainsi que quatre assaillants".

L'hôpital Sardar Daud Khan est connu pour soigner aussi bien les blessés des forces de l'ordre afghanes que les combattants insurgés.

" J'étais au troisième étage, des attaquants vêtus de blouses blanches médicales ont réussi à se frayer un chemin depuis l'arrière", a raconté un médecin sous couvert de l'anonymat.

Jusqu'à la mi-journée ont retenti de nombreux tirs, explosions et grenades ainsi que les sirènes des ambulances. "Quand les tirs ont commencé, j'ai couru dans les couloirs, c'était la panique parmi le personnel et les visiteurs".

Le chef de l'exécutif afghan, Abdullah Abdullah, a promis de "ne jamais pardonner à ces criminels".

La voix chevrotante, l'infirmier Abdul Qadeer n'a pas encore digéré l'horreur qu'il vient de vivre à l'hôpital militaire de Kaboul, pris d'assaut par des insurgés islamistes: il est tombé nez-à-nez avec un assaillant puis a vu des collègues se jeter dans le vide pour fuir. Elle intervient une semaine après un double attentat à Kaboul commis par les Talibans.

Recommande: