Déclaration du CIO concernant le membre du CIO Frank Fredericks

08 Mars, 2017, 00:35 | Auteur: Ruben Ruiz
  • Frankie Fredericks lors d'une conférence de presse en marge du Conseil de l'IAAF à Monaco le 26 novembre 2015

S'agissant des allégations portées à l'encontre du membre du CIO en Namibie, Frank Fredericks, la commission exécutive rappelle l'importance du respect du principe de la présomption d'innocence et prend note de la décision de M. Fredericks de démissionner de son poste de président de la commission d'évaluation pour les Jeux Olympiques de 2024. Le quotidien français parle d'un versement 299.300 dollars à l'ancien champion du monde du 200 m. Fredericks n'a pas nié avoir reçu cet argent, mais s'est défendu de l'avoir perçu de façon douteuse.

Membre du CIO, le Namibien avait précisé lundi qu'il n'était pas membre votant du CIO en 2009 (il ne l'est devenu qu'en 2012), mais était scrutateur du vote pour l'instance olympique, donc chargé de s'assurer du bon déroulement du vote.

Un fait tout de même troublant, le paiement provient de la société de Papa Massata Diack poursuivi pour des faits de corruption dans le cadre de l'enquête sur le scandale de dopage des athlètes russes. L'ancienne star du sprint mondial a démissionné, mardi 7 mars, de son poste de président de la Commission d'évaluation du CIO.

En tant que chef de la commission, Frank Fredericks devait se rendre dans les semaines à venir à Los Angeles et Paris, les deux dernières villes en lice pour l'attribution des JO de 2024.

La Commisssion sera ensuite à Paris du 13 au 17 mai.

Frankie Fredericks n'est plus le président de la commission d'évaluation des Jeux olympiques de 2024.

"Nous produisons trop de perdants", déplorait en décembre le président du CIO, Thomas Bach, qui pourrait ainsi trouver un moyen d'éviter de perdre Paris ou Los Angeles, qui renonceraient probablement définitivement à leur rêve olympique en cas d'échec dans la course aux JO-2024.

Recommande: