La grève reconduite mardi — Pôle emploi

07 Mars, 2017, 02:00 | Auteur: Aubrey Nash
  • Quatre organisations syndicales de Pôle Emploi craignent que la numérisation de certaines procédures ne se traduise par la quasi disparition du métier de conseiller chargé de l'indemnisation

Les syndicats FO, SNU-FSU, CGT, qui représentent 44% des agents de l'opérateur, et Sud (non représentatif), ont appelé à une grève ce lundi, reconductible mardi, contre la "transformation" du métier de conseiller chargé de l'indemnisation, la "dématérialisation à outrance" et pour la "défense du service public".

"Nos quatre organisations reconduisent le préavis pour demain", a indiqué Jean-Charles Steyger (SNU-FSU) à l'AFP, une information confirmée par Rubens Bardaji (CGT).

Des représentants des syndicats grévistes devaient être reçus à 15h au cabinet de la ministre du Travail, Myriam El Khomri, selon les syndicats. Selon la direction, le mouvement était suivi lundi par 13,36% des salariés et la "quasi-totalité" des agences étaient ouvertes.

Environ 200 salariés ont manifesté dans la matinée dans l'est de Paris entre la place Gambetta et le siège de Pôle emploi, a constaté un journaliste de l'AFP. Deux rassemblements sont prévus aujourd'hui à 10h30 à Rennes et Brest. Ils protestent contre le plan stratégique 2020 lancé par la direction... un plan qui prévoit l'externalisation et la privatisation des missions des agents. Ils demandent le "retrait" de l'accord sur la gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (GPEC), signé par la CFDT, la CFE-CGC et la CFTC, qui vise à accroître les effectifs de conseillers à l'emploi via un redéploiement des agents chargés de l'indemnisation. La direction fait tout pour simplifier, automatiser l'indemnisation. Elle craint qu'elle n'aboutisse à une "substitution" des conseillers par "la machine" via des applications qui "accompagneraient mieux les demandeurs d'emploi que des professionnels". Mais d'après les prévisions de la direction, ce métier est appelé à décliner avec la généralisation de la déclaration sociale nominative. Bien que minoritaires au sein de Pôle emploi, les syndicats FO, SNU-FSU et CGT sont majoritaires au niveau de la branche professionnelle, où s'est négocié l'accord, et avaient donc la possibilité de l'invalider.

Recommande: