Politique Christophe Béchu et les Juppéistes lâchent François Fillon

03 Mars, 2017, 00:44 | Auteur: Lynn Cook

Benoist Apparu (à gauche) estime ne plus avoir le même engagement que François Fillon.

De son côté, le sénateur LR de l'Yonne Jean-Baptiste Lemoyne, porte-parole d'Alain Juppé pendant la campagne de la primaire, a déclaré à l'AFP qu'il souhaitait lui aussi le départ de M. Fillon.

Ce jeudi, ce sont les deux directeurs-adjoints de la campagne, Vincent Le Roux et Sebastien Lecornu qui ont présenté leur démission: "N'étant plus à même de remplir mes fonctions, j'ai présenté aujourd'hui ma démission de directeur adjoint de la campagne présidentielle afin de me consacrer pleinement à mon département de l'Eure et à ma ville de Vernon", écrit Lecornu.

Gilles Boyer, directeur de la campagne d'Alain Juppé durant la campagne pour la primaire de novembre 2016, a pour sa part fait savoir sur Twitter qu'il démissionnait de son poste de trésorier de la campagne de François Fillon. En effet, selon les informations diffusées par le Conseil constitutionnel, François Fillon a déjà dépassé la barre des 500 parrainages nécessaire à se présenter à l'élection présidentielle."Il faut bien que nous ayons notre recours" poursuit Georges Fenech, qui souhaite que la droite puisse avoir un candidat dans tous les cas de figure et qui annonce apporter lui-même son parrainage à Alain Juppé. "Nous continuerons à nous battre pour nos idées, en appelant chacun à ses responsabilités". Y compris lorsqu'il nous a demandé de l'aider à affronter les difficultés auxquelles il a dû faire face.

"Dans l'exercice de nos mandats de maire, nous oeuvrons tous les jours pour convaincre nos concitoyens de la nécessité de respecter nos institutions, et nous nous employons à construire dans le temps, en respectant nos engagements, une crédibilité et une confiance", justifient les parlementaires "juppéistes". Ira, ira pas? On ne connaît toujours pas la teneur de ses échanges avec François Fillon mercredi. Il lance aujourd'hui un appel aux grands élus en faveur... d'Alain Juppé. "Ce n'est pas nous qui quittons François Fillon, c'est François Fillon qui a quitté les valeurs pour lesquelles il a été élu au cours de la primaire".

Recommande: