Les juppéistes Apparu, Philippe et Béchu se retirent de la campagne Fillon

03 Mars, 2017, 01:33 | Auteur: Lynn Cook

Prenant le pas de Bruno Le Maire, qui s'est retiré dès mercredi, ils concluent: "Ne pouvant plus soutenir le candidat, nous nous retirons de sa campagne". Dans une atmosphère de conciliables tactiques, François Fillon a repoussé cette hypothèse et maintient sa candidature malgré sa convocation chez les juges le 15 mars dans le cadre de l'affaire des emplois présumés fictifs. "Nous continuerons à nous battre pour nos idées, en appelant chacun à ses responsabilités", ajoutent-ils. Pécresse et Bertrand sont sur une ligne très proche: tous deux ont dit à François Fillon qu'il tenait son destin entre les mains, qu'il devait donner toute son énergie dans la campagne, réimposer ses thèmes et retenir ses soutiens.

Ces retraits interviennent au lendemain de l'annonce du maintien de François Fillon malgré sa mise en examen.

"La tournure que prend aujourd'hui la campagne nous apparaît incompatible avec notre façon d'envisager l'engagement politique", écrivent Benoist Apparu, Edouard Philippe et Christophe Béchu, tous trois parlementaires, dans un communiqué commun.

Par ailleurs, le premier vice-président de la région Hauts-de-France, Gérald Darmanin, sarkozyste, a lâché sur Twitter: "Jusqu'à présent ce sont les socialistes qui faisaient monter le Front national, maintenant c'est nous". "Ce n'est pas nous qui quittons François Fillon, c'est François Fillon qui a quitté les valeurs pour lesquelles il a été élu au cours de la primaire". "J'ai honte de ma droite".

Quant à Pierre-Yves Bournazel, conseiller LR de Paris (juppéiste), il a déclaré à l'AFP qu'il "désapprouve l'appel à la manifestation de dimanche" lancé par le camp Fillon, "qui fait le jeu du populisme et de Marine Le Pen".

Recommande: