Bouygues Telecom a redressé la barre

24 Février, 2017, 01:10 | Auteur: Aubrey Nash

Le groupe présent dans le BTP, l'immobilier, les médias et les télécoms a déclaré dans un communiqué viser en particulier une amélioration supplémentaire de la marge opérationnelle des activités de construction, l'atteinte d'une marge à deux chiffres par sa filiale TF1 ( TF1) et un taux de marge d'EBITDA de 25% pour Bouygues Telecom.

" Les bons résultats commerciaux et financiers de Bouygues Telecom en 2016 confirment la pertinence de ses choix stratégiques", écrit le groupe Bouygues.

Le résultat opérationnel courant est ressorti l'an dernier en hausse de 19% par rapport à 2015, à 1,1 milliard d'euros, tandis que la marge opérationnelle courante a progressé de 0,6 point sur un an, à 3,5%.

Retraité des éléments exceptionnels (charges non courantes et cessions), le bénéfice net affiche une croissance de 29% à 632 millions d'euros. Et de préciser que le premier volet du plan One Transfo "a généré 6 millions d'euros" ce qui s'inscrit dans l'object de 5 à 10 millions d'euros annoncés.

Le groupe a dégagé un bénéfice net de 732 millions d'euros en 2016, gonflé par des éléments exceptionnels et meilleur qu'attendu par les analystes, pour un chiffre d'affaires en repli de 2% à 31,76 milliards. Bouygues Telecom devrait atteindre son objectif de fin 2017, qui était de 1 millions d'abonnés fixes en plus entre fin 2014 et fin 2017. Pour son exercice 2015, l'opérateur de télécommunications avait creusé sa perte nette à 59 millions d'euros. L'endettement net ressort à 1,9 milliard d'euros à fin décembre 2016, en baisse de 695 millions d'euros comparé à un an plus tôt. Son chiffre d'affaires a progressé de 6% en 2016, après une hausse de 2% en 2015. Mais le groupe n'est pas intéressé par la construction d'un mur avec le Mexique, "une structure métallique" sur laquelle il n'a "pas de compétence particulière".

En matière de prévisions, Bouygues table cette année sur une poursuite de l'amélioration de sa profitabilité, "portée par tous les métiers", grâce à des "avantages concurrentiels différenciants et à un carnet de commandes à un niveau élevé" dans les activités de construction, où le groupe continuera de "privilégier la rentabilité au volume". "Je suis triste de voir combien les Français sont désenchantés", a-t-il toutefois confié, qualifiant d'"un peu rock'n roll" le programme économique de la candidate d'extrême droite Marine Le Pen, actuellement en tête des intentions de vote.

Recommande: