L'offre mondiale reste abondante malgré la baisse de production de l'OPEP — Pétrole

16 Février, 2017, 01:10 | Auteur: Lynn Cook
  • Le Nigéria perd encore son statut de premier producteur africain de pétrole

Un peu après 10h30 (heure de New York), le cours du pétrole brut léger américain WTI (livraison mars 2017) recule de 0,2% à 53,1 dollars le baril.

Depuis plus de deux mois, le baril évolue à New York dans une fourchette comprise entre 50 et 55 dollars le baril.

Mercredi, l'annonce d'une très forte progression des stocks de brut, qui battent un record, n'a pas été de nature à faire dévier les cours.

Les stocks de pétrole brut ont grimpé de plus de 9,5 millions de barils aux Etats-Unis lors de la semaine close le 10 février, selon les données de l'Agence américaine d'information sur l'énergie (EIA), après un bond de 13,8 millions la semaine précédente.

C'est bien plus que ce à quoi s'attendaient les analystes interrogés par Bloomberg mais du même ordre que les estimations publiées la veille par la fédération privée American Petroleum Institute (API) et qui avaient préparé les esprits.

Les réserves d'essence devraient avoir grossi de 500 000 barils et celles de produits distillés baissé de 1 million de barils.

"D'un jour à l'autre, le marché bascule des attentes de réduction de la production de l'OPEP aux attentes d'augmentation de la production américaine de pétrole de schiste", a décrit Matt Smith.

Le brut avait atteint ce niveau après des accords de réduction de l'offre de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), conclus en son sein et avec ses partenaires, dont la Russie, fin novembre et début décembre.

Sur le plan américain, les extractions de pétrole de schiste ont tendance à repartir, la hausse des cours rendant l'exploitation de certains gisements de nouveau rentable.

Recommande: