Benoît Hamon est le candidat qui a mené la meilleure campagne — Sondage

23 Janvier, 2017, 03:44 | Auteur: Lynn Cook

A trois mois de la présidentielle française, les électeurs socialistes votaient dimanche pour départager sept candidats lors du premier tour d'une primaire dont le vainqueur aura fort à faire pour rassembler la gauche et peser dans une campagne dominée par la droite et l'extrême droite.

Benoît Hamon avec 36 % des voix et Manuel Valls avec 31,5 % se sont tous deux qualifiés pour le second tour de la primaire élargie du PS. Ils donnent plutôt Benoît Hamon en numéro 1 pour l'instant.

Un troisième homme les talonne: Emmanuel Macron, 39 ans, ancien ministre du gouvernement socialiste qui a décidé de se lancer dans la course sans passer par la case primaire, et dont le message "ni droite ni gauche", pro-européen, attire de plus en plus de monde à ses meetings.

Dans ce contexte de morcèlement, le taux de participation à la primaire sera crucial.

À l'inverse, une faible participation mettrait en péril la survie même du Parti socialiste, profondément divisé au terme de cinq années au pouvoir.

À 17 heures, deux heures avant la fermeture des bureaux de vote, un million de votants avaient été recensés dans les deux tiers de ces bureaux, ce qui est en projection ferait au final entre 1,3 et 1,4 million de participants, selon la commission d'organisation de la primaire.

Les électeurs avaient jusqu'à 18h00 pour voter, moyennant une participation d'un euro.

Ailleurs à gauche, Jean-Luc Mélenchon restait sceptique, estimant qu'un désistement in fine du candidat désigné lors de cette primaire "fait partie des probabilités", soit en sa faveur, soit au bénéfice d'Emmanuel Macron.

Les candidats attendaient désormais le verdict des urnes, après avoir mené une campagne express rythmée par trois débats télévisés en huit jours.

Tenant de l'aile droite du PS, Manuel Valls, 54 ans, s'est dit " serein et confiant ". Etiqueté favori en décembre, il semble depuis en perte de vitesse mais mise sur son expérience et sa stature pour l'emporter. Dans la région de Lille, (nord), Richard, 80 ans, a voté sans hésitation pour lui: " C'est celui qui a le plus l'étoffe pour être président ". Tous deux formés à l'école rocardienne, Benoît Hamon et Manuel Valls représenteront respectivement l'aile gauche et l'aile droite du Parti socialiste. Il s'en est une nouvelle fois pris à Benoît Hamon et sa promesse d'un revenu universel. L'ex-ministre de l'Education a convaincu William, 65 ans, de Toulouse (sud): " Le revenu universel, c'est une idée novatrice. Comme on le pressentait, Benoît Hamon virait en tête avec un peu plus de 35% des suffrages.

Le candidat a remercié Arnaud Montebourg, qui lui a apporté son soutien en vue du second tour.

"Montebourg a un discours franc et son programme fait la part belle au travail", juge Pascale, secrétaire de 60 ans.

Une discrétion qu'on ne pourra pas reprocher à Jean-Luc Bennahmias, à nouveau haut en couleurs dimanche soir, tandis que François de Rugy a, lui, continué de dérouler ses propositions, sans marquer les esprits alors même que les thèmes du soir (à commencer par l'environnement et l'Europe) lui étaient a priori favorables.

Recommande: