Comment se prépare l'investiture de Trump ?

20 Janvier, 2017, 00:53 | Auteur: Lynn Cook

Barack Obama pourrait rompre avec la tradition américaine, celle qui veut qu'un ancien président s'abstienne de commenter l'actualité.

Immédiatement après avoir cédé la place à Donald Trump à la Maison Blanche, Barack Obama s'envolera vendredi pour Palm Springs, dans le sud de la Californie, pour des vacances en famille.

A lire aussi: Trump a-t-il été élu avec l'aide de la Russie?

Ce mercredi était pour lui le jour des adieux à la presse, qui ont commencé par la blague réglementaire. Une question plus qu'explosive mais qu'Obama a tenu à aborder. Dans une allusion à Donald Trump, qui déclaré qu'il souhaitait transférer l'ambassade américaine à Jérusalem, le démocrate a mis en garde contre le fait de mener des "mouvements unilatéraux soudains" dans un "environnement explosif".

Et il a par moments tenté de réconforter sa famille politique, toujours sous le choc de l'élection surprise de Donald Trump, en vantant les progrès accomplis et sa confiance intacte en la capacité de progrès de la société américaine. Il s'est dit " inquiet du statu quo qui est une situation intenable, dangereuse pour Israël, mauvaise pour les Palestiniens, mauvaise pour la région et mauvaise pour la sécurité aux États-Unis "! S'il restera un citoyen attentif à la vie politique, le président américain n'a pas l'intention de briguer un quelconque mandat ni de prendre position publiquement, sauf sur des sujets qui lui semblent essentiels, comme le droit de vote, la discrimination ou la liberté de la presse.

Il se dit "fier" d'avoir pris cette mesure parmi ses dernières actions en tant que président. Barack Obama estime que "justice a été rendue" arguant que la transsexuelle qui a fourni des documents à Wikileaks a déjà purgé une dure peine de prison.

Au cours de cette période, le moins populaire des nouveaux locataires de la Maison-Blanche était Ronald Reagan, qui récoltait tout de même un taux d'approbation de 58 %. Un style inimitable, une politique plus sociale. Remplis de phrase coup de poing, de mot fort et d'un humour dont il avait le secret. Les derniers mots du président seront " Bonne chance ".