Au tour d'Anne Brugnera de se ranger derrière Emmanuel Macron — Présidentielle

19 Janvier, 2017, 01:12 | Auteur: Jonathan Ford
  • François Hollande le 19 janvier 2017 visite des ateliers métallurgiques de la Société Ardennaise d'Essieux à Ham-les-Moines non loin de Charleville-Mézières

Dans cette hypothèse, cela serait une forme de désaveu pour les candidats.

D'un côté, ce dernier pourrait se féliciter que le chef de l'Etat, qui ne se représente pas, l'adoube. De fait, l'hypothèse d'un PS distancé fin février par Emmanuel Macron et Jean-Luc Mélenchon n'est plus taboue.

L'adjointe à l'Education de Gérard Collomb Anne Brugnera a annoncé ce lundi avoir adhéré à En Marche! et du même coup, soutenir l'ancien ministre de l'Economie pour l'élection présidentielle. Le débat de la primaire de la droite sur TF1 réunissait 5,6 millions de personnes quand la semaine dernière, celui de la primaire de la gauche en réunissait seulement 3,8 millions. Pas question de considérer Macron comme ne faisant pas partie de la famille, au moment où tous les sondages le donnent devant le candidat qui sortira de la primaire de la gauche, quel qu'il soit.

Jusqu'au bout de son quinquennat, François Hollande aura gardé le don de plonger sa famille politique dans des abîmes de perplexité, voire d'incompréhension. En exprimant des regrets sur sa non-candidature pour la première fois de façon publique, François Hollande fragilise indirectement les participants de la primaire qui auraient pu être ses adversaires. "Ca m'en touche une sans faire bouger l'autre, comme disait Chirac".

L'ex-président fait jeu égal avec Emmanuel Macron, en progression lui aussi de 9 points parmi les sympathisants de droite (57%).

Recommande: