" "Sécurité sociale. " On n'a pas été bons " admet François Fillon

13 Janvier, 2017, 00:34 | Auteur: Sue Barrett

Venu dans les Alpes-Maritimes en terrain conquis pour dérouler ses propositions sur l'immigration, le candidat de la droite a dû faire face à des turbulences dans son propre camp.

Marine Le Pen, en tête, et François Fillon se qualifieraient pour le second tour de la présidentielle, suivis par Emmanuel Macron qui consolide sa troisième place devant Jean-Luc Mélenchon, selon un sondage BVA-Salesforce publié jeudi.

"Moi je trace ma route, c'est moi le candidat à l'élection présidentielle", a-t-il rétorqué, très sèchement.

Accusé depuis sa victoire à la primaire de vouloir "privatiser" la Sécu, François Fillon a reconnu ne pas avoir été "bon" ni "clair" dans ses propositions sur le sujet. "J'ai mon agenda! ", a-t-il insisté en ajoutant non sans humour que la presse devra faire avec "[sa] réserve et [ses] sourcils broussailleux ". La qualification au second tour apparaît donc pour l'heure hors de portée.

Auparavant, les investitures LR aux élections législatives auront été ratifiées par le conseil national du samedi 14 janvier. Les deux seront en meeting à Lyon le 4 et 5 février tandis que Marine Le Pen (FN) y lancera officiellement sa campagne présidentielle le même week-end.

Autre question: les relations avec l'UDI. Je ne crois pas que François Fillon exprime et formule ses positions internationales avec le souci d'obtenir le soutien de tel ou tel " défend-il. Avant d'être éliminé de la primaire de la droite, Bruno Le Maire a souvent répété qu'il n'accepterait aucun autre poste que celui de président. ". Il n'a donc logiquement pas reparlé de la réforme de l'assurance-maladie, sur laquelle il a déjà reculé".

Affirmant qu'il y avait un "débat" sur la nécessité de réformer la Constitution pour instaurer cette mesure, M. Fillon a assuré qu'il "prendrait (ses) responsabilités". Cela n'a pas désamorcé les critiques contre sa politique de rigueur. "Dans un pays qui va si mal, je crois que les Français n'attendent pas les egos des hommes politiques et les aigreurs sur les plateaux TV".

Recommande: