La Russie disposerait d'informations très compromettantes sur Donald Trump

13 Janvier, 2017, 00:24 | Auteur: Lynn Cook
  • La Russie disposerait d'informations très compromettantes sur Donald Trump

"Tout cela, sont de fausses informations, ce sont de fausses histoires, cela ne s'est pas produit (.)". Ces mémos seraient le résultat d'une recherche commandée par des opposants à Donald Trump, provenant aussi bien du Parti républicain que du Parti démocrate. Les responsables du renseignement, qui ont parlé sous couvert de l'anonymat parce qu'ils n'étaient pas autorisés à en parler publiquement, craignaient aussi que l'information fuite avant que Donald Trump ne soit au courant de son existence. "Il y a des caméras partout+".

"Je crois que c'était la Russie".

La première conférence de presse du futur président des Etats-Unis, mercredi 11 janvier, a été à l'image de son discours de candidature, en juin 2015, et similaire à la campagne qui lui a permis de l'emporter le 8 novembre.

Vladimir Poutine "ne devrait pas faire cela", a regretté le républicain. Il ne le fera pas.

Un passage du texte a cependant fait plus de bruit que les autres.

Donald Trump prendra officiellement ses fonctions de président des États-Unis le 20 janvier prochain, et l'affaire est suffisamment importante pour qu'un résumé de deux pages ait été inclus dans le rapport présenté à l'intéressé et au président sortant Barack Obama par les chefs du renseignement américain vendredi 6 janvier, d'après CNN. Dans l'immédiat, beaucoup d'éléments semblent montrer que l'annonce de BuzzFeed, site peu crédible u demeurant, et reposant sur des allégations de témoin anonymes ressemble beaucoup à un coup dont les services secrets américains ont l'habitude pour décrédibiliser ceux qui s'opposent aux pouvoirs de l'Etat profond.

"C'est une honte et c'est quelque chose que l'Allemagne nazie aurait fait et a fait."
.

Une décision qui n'est certainement pas du goût de Donald Trump, qui a traité dans la foulée BuzzFeed de "tas d'ordures sur le déclin". "Il n'a cessé de lier la Chine à la Russie sur le sujet du piratage informatique et a ignoré la journaliste lui demandant d'affirmer que personne au sein de son équipe de campagne n'avait eu de liens avec Moscou". Alors qu'un journaliste de la chaîne d'information demandait la parole, Donald Trump l'a violemment rembarré.

Face à ses accusations, l'entourage de Donald Trump n'a pas voulu répondre immédiatement à BuzzFeed, qui a pourtant cherché à obtenir une réaction.

"Ils s'en vont de tous les côtés". "Je pourrais diriger mon entreprise et diriger le gouvernement en même temps, mais je n'aime pas l'impression que ça pourrait donner", a expliqué le président américain. Des informations à l'authenticité au demeurant incertaine, faut-il le souligner, que M. Trump ne s'est évidemment pas gêné pour présenter comme une énième manoeuvre du " système " pour lui nuire.

Sur la plan économique, il n'a pas hésité à dire qu'il serait "le plus grand créateur d'emplois que Dieu ait jamais créé", après avoir cité plusieurs groupes comme Fiat/Chrysler et Ford ayant pris des engagements concernant leurs activités aux Etats-Unis. Il a vertement rétorqué: "Mes déclarations d'impôts, je pense que les Américains s'en contrefichent, pas comme vous les journalistes".

Piratages, Obamacare, mur le long du Mexique.

. Selon sa page LinkedIn, il est l'un des deux directeurs du cabinet de conseil londonien "Orbis Business Intelligence".

Recommande: