France: Trois mises en examen dans l'affaire Kim Kardashian à Paris

13 Janvier, 2017, 00:43 | Auteur: Lynn Cook
  • Premières mises en examen dans l’enquête sur le braquage de Kim Kardashian

Si le suspect nie toute implication dans la terrible agression dont a été victime Kim Kardashian dans la nuit du 2 au 3 octobre dernier 2016 à Paris, les enquêteurs avaient suivi sa trace et celle d'un des braqueurs, à Anvers, plaque tournante de la joaillerie. Le parquet a requis son placement en détention provisoire.

S'agissant d'une enquête notamment ouverte pour "vol avec arme en bande organisée", les gardes à vue sont susceptibles de durer jusqu'à 96 heures, soit vendredi.

Trois autres hommes, considérés comme des complices, ont également été mis en examen. Yunice A., un homme de 63 ans, a été mis en examen pour "vol avec arme en bande organisée", mais aussi pour "association de malfaiteurs, enlèvement ou séquestration" de la femme de Kanye West et des autres personnes présentes le soir du drame.

Sur les dix personnes toujours en garde à vue dans l'affaire Kardachian, une vient d'être mise en examen, a appris LCI de source judiciaire, confirmant une information de BFM.

Alors que sept des dix-sept interpellés ont déjà été remis en liberté sans qu'aucune charge ne soit retenue contre eux, dès lundi pour certains, ce jeudi matin pour d'autres, ils sont encore six suspects dans ce dossier aux mains de la police.

L'étau se resserre autour des principaux suspects du braquage de Kim Kardashian. La police française fait son travail, et la justice le poursuit. C'est très probablement dans cette ville belge que la fameuse bague à 4 millions d'euros a été revendue.

A ce stade, les bijoux n'ont toujours pas été retrouvés, mais "environ 200.000 euros en liquide ont été saisis" lors des perquisitions, d'après la source proche de l'enquête. Thomson Reuters shall not be liable for any errors or delays in content, or for any actions taken in reliance thereon.

Reuters content is the intellectual property of Thomson Reuters or its third party content providers. "Reuters" and the Reuters Logo are trademarks of Thomson Reuters and its affiliated companies.

Recommande: