"Sur la Sécurité sociale, on n'a pas été bons", admet Fillon — Présidentielle

12 Janvier, 2017, 00:50 | Auteur: Lynn Cook
  • Ancien soutien de Nicolas Sarkozy lors de la primaire Christian Estrosi a demandé à François Fillon de ne pas oublier les

Accusé depuis sa victoire à la primaire de vouloir "privatiser" la Sécu, François Fillon a reconnu ne pas avoir été "bon" ni "clair" dans ses propositions sur le sujet. Quelques minutes plus tard sur BFMTV-RMC, François Fillon a répondu à cette proposition: "Aujourd'hui ça n'aurait aucun sens". "Je referai des propositions avant la fin du mois de janvier ou au début du mois de février", a-t-il ajouté. "Ce que nous avons écrit a été mal compris, je l'ai retiré", a-t-il précisé.

S'il a observé que, dans tous les cas, "les couvées législatives ou sénatoriales de 2017 étaient techniquement très, très difficiles à modifier" vu la loi de 2014 renforçant les entraves au cumul des mandats, Gérard Larcher a surtout jugé impossible "d'expliquer à nos compatriotes que la première décision du premier conseil des ministres serait de se préoccuper du statut des élus" en réformant ou abrogeant cette loi. François Fillon a indiqué que son objectif est de mieux répartir la prise en charge des soins entre les mutuelles et l'Assurance maladie. "Je veux que les mutuelles soient plus contrôlées".

"Il faut que dans le programme de 2017, il y ait ce signal pour la France qui travaille avec le retour de la défiscalisation des heures supplémentaires", a souhaité mercredi matin Laurent Wauquiez sur RTL.

Le président LR du Sénat, Gérard Larcher, a martelé ce mercredi que la question du non-cumul des mandats est "tranchée" par François Fillon, "fronde ou pas" dans les rangs.

Recommande: