Les urgences commencent à saturer — Épidémie de grippe

12 Janvier, 2017, 00:28 | Auteur: Aubrey Nash

La ministre a d'abord évoqué la situation des urgences hospitalières, confrontées à un afflux de malades de la grippe. "Nous avons des situations extrêmement variables région par région et département par département".

Selon Santé Publique France, la saison de grippe 2016-2017 s'annonce délicate avec le retour d'un virus de type A (H3N2), cousin de celui qui avait contribué en 2015 à une surmortalité de 18 000 personnes.

Ce regain d'activité dans les établissements français intervient alors que l'épidémie de grippe semble atteindre un pic au niveau national. Les urgences sont prises d'assaut, notamment à cause de l'épidémie de grippe - dont le pic n'est même pas encore atteint et devrait intervenir la semaine prochaine - mais aussi en raison de multiples affections respiratoires et autres pathologies.

Marisol Touraine demande aux hôpitaux de mettre en place les mesures nécessaires pour renforcer les capacités d'hospitalisation des patients les plus sévères. Mais, de nombreux patients ayant été hospitalisés au cours des dernières semaines (en grande majorité des personnes âgées de plus de 80 ans), et la durée moyenne d'hospitalisation pour grippe étant de 10 à 15 jours, "l'enjeu, c'est de garantir qu'il y a des lits d'hospitalisation disponibles" pour les nouveaux patients, a expliqué la ministre. Elle a demandé aux hôpitaux d'assurer un nombre de lits suffisant pour accueillir les malades de la grippe, lors d'un point presse.

"Toute personne qui a besoin d'être soignée l'est, et toute personne qui a besoin d'être hospitalisée peut l'être". "Dès qu'il a été identifié, nous avons su que l'impact serait fort" sur les personnes âgées.

"La grippe est précoce, elle est intense", a-t-elle ajouté. "Le bilan sera probablement lourd car le nombre de malades est important", a souligné Marisol Touraine.

"Le système de santé répond présent". Tous les jours, une cellule de crise est tenue avec les soignants et la direction pour "mobiliser toutes les ressources internes et travailler en lien avec les établissements partenaires de proximité". C'est pourquoi, depuis plusieurs semaines, j'ai donné instruction aux hôpitaux de s'organiser pour éviter la saturation des urgences.

Recommande: