Le suspect identifié, il était déjà soupçonné de préparer un attentat — Berlin

22 Décembre, 2016, 00:21 | Auteur: Lynn Cook

Mais, le ministre allemand reste prudent, soulignant que le suspect " n'est pas forcément l'auteur de l'attentat ". Il s'agit d'un document remis à un migrant dont la demande d'asile a été rejetée sans pour autant qu'il puisse être expulsé. La police allemande, qui exploite des centaines d'indices laissés sur les lieux de la tuerie, les traces ADN du camion ou encore les images de vidéosurveillance, devra le déterminer.

Confirmant les informations de plusieurs médias, le ministre de l'Intérieur Thomas de Maizière a affirmé ce mercredi qu'un "avis de recherche [avait] été émis à minuit pour l'Allemagne mais aussi pour l'espace Schengen c'est-à-dire en Europe". Le président de la fédération de la police criminelle allemande, la BDK, a déclaré mardi soir à la télévision que la police comptait effectuer une arrestation sous peu. Selon le site du magazine Spiegel, l'individu est originaire de Tataouine, dans le sud de la Tunisie. Ce suspect s'appelle Anis Amri, il est âgé de 24 ans et il est de nationalité tunisienne. Le quotidien Süddeutsche Zeitung lui en prête jusqu'à huit.

Finalement, ce document de voyage nécessaire a été délivré par la Tunisie. C'est en tout cas la piste que suivent les enquêteurs selon plusieurs médias allemands. Officiellement, il était domicilié dans un centre de réfugiés d'Emmerich am Rhein dans la région de Rhénanie-du-Nord-Westphalie.

Son installation à Berlin, elle, remonterait au mois de février 2016.

Suspecté de préparer une attaque.

Anis Amri a été officiellement identifié par la justice antiterroriste qui, dans un avis de recherche européen, propose jusqu'à 100 000 euros de récompense. Le parquet de Berlin, qui menait l'enquête, avait notamment relevé ses contacts avec l'Irakien "Abou Walaa", arrêté en novembre avec quatre complices et suspecté d'avoir monté un réseau de recrutement pour le compte du groupe Etat islamique. Sur les 48 blessés, 14 étaient mardi soir entre la vie et la mort, selon le ministère de l'Intérieur. À Berlin, le poids lourd a traversé sur 50 à 80 mètres le marché de Noël, situé au pied de l'église du Souvenir, l'un des symboles de la capitale allemande. Et voilà que deux jours plus tard, le Pakistanais a été relâché car les soupçons se portent à présent sur un Tunisien suite à un papier d'identité que les autorités allemandes disent avoir retrouvé sous le siège conducteur.

Recommande: