Compteurs communicants : des risques sanitaires inexistants ?

16 Décembre, 2016, 00:23 | Auteur: Jonathan Ford
  • De nombreux panneaux anti Linky avaient été préparés pour l'occasion

Après l'Agence nationale des fréquences (Anfr), c'est au tour de celle de la sécurité sanitaire, de l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses) d'affirmer que les nouveaux compteurs communicants relevant la consommation d'eau, de gaz ou d'électricité ne représentent aucun danger. Cependant selon l'ANSES, " les consommateurs s'inquiètent d'éventuels risques sanitaires liés à une exposition aux champs électromagnétiques émis par ces compteurs.

Dans son avis rendu public ce jour l'ANSES conclut que "les données disponibles à ce jour amènent l'Agence à conclure à une faible probabilité que l'exposition aux champs électromagnétiques émis par les compteurs communicants radioélectriques (gaz et eau) et les autres (électricité), dans la configuration de déploiement actuelle, engendre des effets sanitaires à court ou long terme (...) les niveaux d'exposition au champ électromagnétique produit par le compteur lui-même, mais aussi par la communication CPL qui parcourt les câbles électriques [étant] très inférieurs aux valeurs limites d'exposition réglementaires ". Leurs détracteurs redoutent des risques sanitaires, un surcoût, une intrusion dans leur vie privée et l'utilisation de données personnelles.

Réagissant à ces conclusions, l'eurodéputée écologiste Michèle Rivasi a demandé dans un communiqué qu'"une étude contradictoire et avec des laboratoires indépendants soit menée pour affiner les premiers résultats obtenus par l'Anses". L'exposition est peu significative, "compte tenu de la faible puissance d'émission et du nombre réduit de communications (moins d'une seconde 2 à 6 fois par jour)".

Quant à l'exposition à proximité d'un compteur de gaz ou d'eau, qui communiquent les données par liaison radio sans fil, elle est "très faible", "bien plus faible que celle due à un téléphone mobile GSM", selon l'agence.

Pour ceux qui brandissent ce dernier argument, les compteurs produiraient des ondes électromagnétiques "à des niveaux dangereux" ou "à des fréquences dangereuses".

Dans ce contexte, l'Anses engage "les opérateurs impliqués dans le déploiement de ces nouvelles technologies à fournir une meilleure information au public" et appelle à "poursuivre l'étude de ces effets potentiels". Celui-ci a calculé les émissions des compteurs Linky en situation réelle, et comparé l'exposition aux anciens compteurs électromécaniques.

Environ 35 millions de compteurs Linky doivent à terme équiper les foyers français.

Recommande: