Trump tend la main à la Silicon Valley — Etats-Unis

15 Décembre, 2016, 01:13 | Auteur: Lynn Cook

La date de parution de leur charte éthique, qui s'articule autour de sept engagements fermes et non négociables, n'a pas été choisie au hasard: elle a été fixée la veille de la participation de Donald Trump à un grand sommet réunissant, à New York, les fleurons industriels américains de la Haute Technologie.

Les plus grands noms de la Silicon Valley ont donc répondu présents à l'invitation du Président élu, Donald Trump.

Les médias américains citent également parmi les participants confirmés les patrons des groupes informatiques Apple et Microsoft, Tim Cook et Satya Nadella, du géant internet Alphabet (Google), Larry Page, du spécialiste des puces informatiques Intel, Brian Krzanich, ou encore de l'équipementier en télécoms Cisco, Chuck Robbins. On vire aussi à la réunion de famille avec Donald Jr., Eric et Ivanna, les enfants de Trump.

Il y aurait néanmoins un absent de marque, Jack Dorsey, le PDG de Twitter, alors que le réseau social est le moyen de communication favori de M. Trump.

Le rendez-vous, prévu vers 19H00 GMT, a été initié par l'entourage de M. Trump.

Ingénieurs, développeurs, designers, cadres administratifs, ils sont nombreux à s'insurger contre la stratégie de la bouc-émissarisation instrumentalisée sans vergogne par le nouveau président des Etats-Unis, et à refuser d'y obéir en collectant des données qui serviront sa politique discriminatoire funeste.

Il a déjà indiqué vouloir voir notamment Apple, dont les célèbres smartphones sont fabriqués en Chine, ouvrir une "très grande usine" aux Etats-Unis, "la plus grande et la meilleure".

Une baisse de l'impôt sur les sociétés, en particulier quand elles rapatrient de l'argent aux Etats-Unis, serait positif pour les géants du secteur, Apple en tête, qui ont énormément de liquidités stockées à l'étranger.

"Le secteur technologique est une inconnue parce que nous ne savons pas vraiment les mesures qu'envisage l'administration Trump pour forcer la main à ces entreprises internationales", explique David Levy, expert chez Ventura Wealth Management.

Le reste des discussions se tenaient à huis clos.

SpaceX, sa compagnie spécialisée dans les lanceurs, a comme premier client l'agence fédérale National Aeronautics & Space Administration, qui lui a passé des contrats d'une valeur de 6,5 milliards de dollars lors des huit dernières années.

Un autre pas pour restaurer la confiance entre les deux parties a été effectué un peu plus tôt mercredi lorsque M. Trump a annoncé que Travis Kalanick, le patron d'Uber, et Elon Musk allaient intégrer son Forum stratégique composé déjà de 16 patrons qu'il consultera pour élaborer et évaluer sa politique économique.

Recommande: