La BCE laisse ses taux inchangés

11 Décembre, 2016, 00:31 | Auteur: Aubrey Nash

La BCE a par ailleurs conservé son principal taux directeur à 0 %, son plus bas niveau historique.

La Banque centrale européenne (BCE) a déjà consacré environ 1400 milliards d'euros (1505 milliards de francs) à ce programme dit d'"assouplissement quantitatif" (quantitative easing, QE) depuis son lancement en mars 2015.

Les marchés ont toutefois réagi avec calme, ce qui ne fait pas forcément les affaires de Mario Draghi.

Le BCE a aussi en tête les risques géopolitiques, qui pourraient mettre des bâtons dans les roues à une croissance européenne en voie de reprise.

Comme les marchés ont tendance à intégrer le pire scénario, "on a besoin que la BCE réaffirme son orientation", en prolongeant ses rachats de créances, indique à l'AFP Gilles Moëc, économiste chez Bank of America Merrill Lynch.

Les événements récents montrent qu'ils sont devenus "la source d'incertitudes majeure pour les mois à venir", avait déclaré Mario Draghi lors d'une audition fin novembre devant le Parlement européen à Bruxelles, en référence aux Brexit et à l'élection de Donald Trump, apôtre du protectionnisme.

Au sein du conseil, certains gouverneurs -celui de la Bundesbank, Jens Weidmann, en premier chef- souhaitent un arrêt le plus tôt possible de ce programme controversé, qui selon eux a causé un relâchement des réformes et de la discipline budgétaire dans certains pays.

La dernière décision de l'année de la BCE, ce jeudi, était très attendue et elle sera observée de près par les marchés financiers. Le chômage est descendu en octobre sous la barre symbolique des 10% pour la première depuis 5 ans, et la relance de l'activité industrielle semble s'affirmer comme en témoigne l'accélération du secteur manufacturier en novembre. Le taux de facilité marginal s'établit quant à lui à 0,25% et le taux de dépôt à -0,4%. Et au final, la croissance a stagné au troisième trimestre à 0,3%.

La BCE prolonge ses achats d'actifs jusqu'à fin 2017, pour soutenir l'économie Francfort - La Banque centrale européenne a annoncé jeudi prolonger d'au moins neuf mois, jusqu'à fin 2017, son programme de rachats massifs de dettes pour soutenir une économie encore vulnérable en zone euro, mais en réduisant ses achats à 60 milliards d'euros par mois. Ce niveau n'est " pas nécessairement " à considérer comme remplissant l'objectif de la BCE, a admis Mario Draghi. Mais à partir d'avril, le volume des achats sera limité à 60 milliards d'euros (64 milliards de dollars), soit 20 milliards (21,5 milliards de dollars) de moins qu'auparavant. Elle pourrait aussi assouplir les restrictions qu'elle s'impose pour acheter ces créances, afin éviter d'être à court de titres à acquérir sur le marché.

Recommande: